Les projets de l'enseignement supérieurs

École Polytechnique de Valence en Espagne

Mónica García Martínez, María Jesús Muñoz Pardo et leurs étudiant·es.

L'objectif pédagogique fondamental de ce cours est, à partir de la pratique du projet, de questionner la relation entre art et architecture, son insertion dans la réalité urbaine et son impact dans l'espace social.La sélection d'un contexte non abstrait de la ville est essentielle. L'espace public est proposé comme laboratoire de recherche. Des limites seront établies afin de concentrer le travail sur un fragment spécifique d'une réalité urbano-sociale.

L'autre question fondamentale est la nécessité de réapprendre l'essence des choses, ce qui implique de prendre des échantillons directs de la réalité et de résumer la réalité urbaine. Cela s'apparente à faire une sorte d'archéologie du présent.

Enfin, un véritable projet, une intervention ou une construction temporaire, sera développé.

Le projet naîtra de la connaissance préalable et de l'engagement avec le contexte urbain concret du centre-ville de Vierzon.

École Nationale Supérieure d’Art de Bourges

Laure Tixier, Frédéric Herbin et Eric Aupol et leurs étudiant·es : Agathe Flamant, Juliette Duval, Yuan Hong, Alice Le Quellec, Xilong Cao et Yu Zhiming.

« Il s'agit d'investir la ville et certains de ses sites et espaces, et de définir ou construire plastiquement les espaces autres qui permettent une géographie singulière du territoire. Vierzon porte toute une histoire ouvrière, sociale et politique (Vierzon la rouge). Comme certains corps gardent la mémoire de gestes de productions disparues, certaines architectures se lisent comme traces de cette histoire, palimpsestes de ce que fut le destin industriel du pays, jusqu’à son déclin progressif. Nœud ferroviaire et autoroutier central, Vierzon est aussi un lieu où les rivières se retrouvent. Ces croisements faisant également signes d'une cartographie, d'une topographie qui se déploie et qui créée de possibles rencontres, de temps et d'espaces autres.

Nous continuons cette année d'interroger nos rapports au lieu, à l’emplacement, au territoire, à l’habitat, à l’architecture et à l’urbanisme. De cette expérience au sein d’un contexte singulier, Vierzon, et par l'appréhension de son histoire et de ses espaces, il nous revient, par l'élaboration d'objets et de récits témoignant d'une pratique, de repenser nos rapports aux espaces, de les questionner comme autant de dispositifs et de modes de vies à réinventer. Enfin, nous élaborons une restitution des différentes propositions plastiques des participant·es, en lien étroit avec la ville et le Frac Centre-Val de Loire.»