Recherche avancée

Angela Hareiter

©François Lauginie

  • Future House, 1966-1967
  • Schnitt, éch. 1:50
  • Dessin
  • Tirage papier contrecollé sur carton
  • 55.2 x 81.5 cm
  • 012 009 005

Future House, 1966-1967

Future House marque la troisième étape de la recherche conduite par Angela Hareiter à l'Université Technique de Vienne entre 1965 et 1967. Dans Live Information, le projet précédent, la cellule en plastique est conçue, par sa forme enveloppante et son équipement technologique, comme un environnement global sollicitant tous les sens. Dispositif nomade et interactif, elle définit l’habitat du futur, capable également de se plugger à des mégastructures qui décuplent ainsi les possibilités de communication. C'est ce que propose Future House, un système variable de cellules accrochées à un mât porteur collectif, un dispositif qu'Arthur Quarmby, Warren Chalk, James Guitet ou encore Arata Isozaki avaient exploité à leur manière dès le début des années 1960. Amovibles, colorées, arrachées de tout ancrage au sol, les cellules réfutent l’idée même de fondation ; elles se déplacent ou se remplacent au gré des envies, comme le raconte la courte histoire de « An-An » dans la légende d’un dessin (« An-An en voulait une jaune aujourd’hui et en achètera une rouge le mois prochain »). Tout comme le défend Archigram à l’époque, l'habitat devient pour Hareiter un objet de consommation que l'on achète au supermarché et que l'on transporte tel un mobil-home à l'arrière de sa Mustang.

Inventaire / diaporama [7]