Monographie consacrée à Arquitetura Nova, invité d'honneur de la Biennale, groupe d’architectes brésiliens (1961-1971),
Commissariat : Davide Sacconi

Arquitetura Nova : la construction comme révolution

Entre 1961 et 1971, l’intensité de la collaboration entre Sérgio Ferro, Flávio Imperio et Rodrigo Lefèvre – plus tard baptisée Arquitetura Nova – produit un ensemble exceptionnel : expérimentations picturales, théâtrales, pédagogiques, nouvelles techniques de construction et d’organisation de chantier visant à réinventer le rôle de l’architecte au sein d’un Brésil en construction.

Après avoir éprouvé les conditions de travail brutales se cachant derrière les courbes douces de Brasilia, Sérgio Ferro, Flávio Imperio et Rodrigo Lefèvre rejettent à la fois le faux espoir de l’industrialisation et l’espoir déçu d’une esthétique libre, ouverte et démocratique promise par le modernisme. Arquitetura Nova conteste l’idée même de développement en remettant en cause les conditions de production et en renversant les hiérarchies propres au chantier de construction. En brouillant les frontières entre conception et construction, dessin et action, apprentissage et enseignement, Arquitetura Nova revendique la rationalisation et le libre partage des techniques populaires de construction, en tant qu’instrument de lutte contre l’exploitation et l’aliénation de l’ouvrier du bâtiment. L’acte de bâtir construit la possibilité même d’un vivre ensemble. Les rêves se rapprochent, mais deviennent définitivement impossibles à réaliser après le coup d’état militaire de 1964, qui envisagea le développement à grande échelle, la croissance urbaine et la répression violente comme les pierres angulaires de l’État brésilien des deux décennies qui suivront.

Le travail d’Arquitetura Nova est présenté pour la première fois à travers une sélection de dessins, d’images et de textes des archives de la FAU USP (Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université de São Paulo), de l’IEB (Institut d’études brésiliennes), ainsi que des archives personnelles de Sérgio Ferro. L’exposition dépasse cependant la dimension historique de l’œuvre pour interroger l’importance de l’action d’Arquitetura Nova en regard de la situation politico-économique actuelle du Brésil, mais également à l’échelle mondiale. Dans cette perspective, la fin abrupte d’Arquitetura Nova, avec l’emprisonnement de Sérgio Ferro et Rodrigo Lefèvre en 1971, trouve un contrepoint dans la collection d’œuvres d’art produite par les prisonniers politiques au sein de l’atelier organisé par Sérgio Ferro, tandis que le travail d’Usina_ctah, un collectif d’architectes qui soutient les mouvements d’accession au logement à travers la construction de logements coopératifs depuis 1990, réaffirme l’urgence d’une pratique radicale de la construction.

Davide Sacconi


Commissaire : Davide Sacconi

Architecte et professeur, Davide Sacconi est diplômé en architecture de l'Università degli Studi di Roma Tre, de la Berlage Institute de Rotterdam et chercheur à l'Architectural Association of London. Ses recherches portent sur la notion d'archétype comme projet pour la ville brésilienne. Il a notamment enseigné à la Bartlett School of Architecture, l'Architectural Association et la Liverpool School of Architecture. Il dirige actuellement le Syracuse Architecture London Program et l'Architecture Design Studio 10 du Royal College of Art. Art. Après plusieurs projets architecturaux réalisés de manière indépendante ou pour des bureaux tels que IaN+ et MVRDV, il fonde CAMPO, espace d’événements, d'expositions, de publications et de workshops pour l'architecture (Rome).


Monographie

Arquitetura Nova, invité d'honneur de la Biennale (Sérgio Ferro, Flávio Imperio et Rodrigo Lefèvre) , Brésil

Avec

Usina_ctah, Brésil


Rodrigo Lefèvre et Ronaldo Duschenes (collaboration de Félix Alves de Araújo), Casa Thomas Farkas, 1971
Collection : FAU-USP © Fotografia Motivo