Recherche avancée
Sans titre

Sans titre, 1967-1975

Jean Tinguely
  • Artiste (1925 - 1991)

C'est à l'âge de douze ans que Jean Tinguely (1925-1991) commence à bricoler des petites roues de bois. A vingt ans, inscrit à l'École des Beaux-Arts de Bâle, il s'intéresse au Bauhaus, à Tanguy, Dali et Duchamp. Puis il s'installe à Paris en 1953 où il réalise ses premiers reliefs mécaniques ironiques et absurdes (Moulins à prières, 1954) et monte sa première exposition personnelle à la Galerie Arnaud à Paris. Il y montre des tableaux-reliefs dénommés « automates », des oeuvres animées par une mécanique interne (Méta-Malevitch, 1954). Peu après en 1956, il rencontre Yves Klein et devient dans les années 1950 l'un des acteurs de l'avant-garde parisienne, ferment du Nouveau Réalisme fondé par Pierre Restany. Son œuvre est marquée par l'omniprésence de la ferraille, de matériaux et de rebuts de tous ordres. Il assemble, sans ordre apparent, les objets les plus divers, crée des sortes de machines animées bringuebalantes et bruyantes, généralement inutiles, à l'exception des Méta-matics, machines à produire des dessins et peintures aléatoires qui mimaient ironiquement le geste de l'Expressionnisme abstrait américain. Contre la fixité de l'œuvre d'art et la consécration pérenne que lui confère le musée, Tinguely, dans Hommage à New York (1960) fait exploser la machine-happening autodestructrice qu'il avait réalisée en ferraille et objets de toutes sortes. Tinguely collabore alors avec plusieurs artistes. Avec Bernhard Luginbühl, il entreprend en 1968 une œuvre géante de 22,5 m de hauteur, le Cyclop, dans la forêt de Fontainebleau ; avec sa compagne Niki de Saint Phalle il réalise la Fontaine Stravinsky (1982-83). Dessins et gravures définissent aussi la démarche de l'artiste : s'ils sont un instrument de travail de tout premier ordre dans la conception d'une « machine », ils peuvent être exécutés pour envisager de multiples variations ou encore pour garder la mémoire d'une idée. Plusieurs rétrospectives de cette œuvre abondante ont été organisées dans le monde et c'est à l’architecte Mario Botta qu'a incombé la construction d'un musée spécialement dédié à Jean Tinguely.

Nadine Labedade