Recherche avancée

Antoni Tàpies
  • Artiste (1923 - 2012)

Peintre catalan né à Barcelone, Antoni Tàpies (1923-2012) est l'un des plus singuliers et des plus influents parmi les artistes espagnols de l'après-guerre. Il est le peintre de la matière dense, lacérée, dans l'épaisseur de laquelle viennent s'inscrire signes et mots, objets et empreintes. C'est après l'abandon en 1943 d'une licence de droit qu'il donne libre cours à sa vocation artistique. Les compositions très maîtrisées qu'il réalise alors à l'aide de pâtes grossières et de matériaux pauvres, tels que du carton, des chiffons, du papier, de la terre ou de la ficelle, préfigurent le vocabulaire plastique qui régira sa démarche et marquent sa rupture avec les techniques picturales traditionnelles. Son attache momentanée au Surréalisme, l'influence notoire qu'exercent sur ses toiles Juan Miro, Paul Klee et Max Ernst correspondent à la durée de la revue Dau al Set qu'il fonde en 1948 avec cinq autres peintres et critiques et qui s'achèvera en 1951. La peinture-matière de ses débuts se radicalise au début des années 1950 lorsqu'il arrive à Paris et découvre l'Art informel. Il revient aux empâtements, aux collages, aux pochoirs, travaille les arrachages, les empreintes, l'utilisation de sable, de poussière, de pigments ou de poudre de marbre intégrés à l'huile ou au latex (Negro y ocre, 1955). Les multiples aspects obtenus, les surfaces irrégulières animées par toutes sortes d'accidents, renvoient à la recherche d'une esthétique dépourvue d'effet décoratif dans des œuvres à mi-chemin entre l'objet et le tableau. Par leur implication politique autant que par leur souci d'élargissement esthétique, les œuvres de Tàpies, tableaux, sculptures (Monument à Picasso, 1983) ou estampes à tirage limité, ont marqué l'histoire de l'art de la seconde moitié du XXe siècle. En 1990 est créée la Fondation Tàpies à Barcelone, à la fois lieu d'exposition et centre de recherche. Tàpies est également l'auteur de plusieurs ouvrages de réflexion sur l'art dont La Pratique de l'art (1974), L'Art contre l'esthétique (1978) ou encore La Réalité comme art (1989).