Ricardo Porro

Village de vacances, Vela Luka, Ile de Korčula, Croatie, 1970-1972

Ce projet de village de vacances a été conçu par Riccardo Porro à l’occasion de la deuxième édition des Rencontres internationales d’artistes organisées à l’initiative des artistes Petar Omčikus et Kosa Bokšan à Vela Luka en ex-Yougoslavie en 1968, 1970 et 1972. L’événement réunissait des artistes adhérents ou non au parti communiste venus des deux côtés du rideau de fer. Orientée sur la question de la synthèse des arts, l’édition de 1970 s’ouvrait avec un symposium sur « les aspects historiques et sociologiques du développement de l’architecture yougoslave » avec pour objectif la conception d’un complexe touristique dans la crique de Plitvine, dont la réalisation était planifiée sur l’année suivante. Les architectes Maurizio Sacripanti et Riccardo Porro mais aussi le directeur du Musée d’art moderne de la ville de Paris Pierre Gaudibert faisait partie du comité autour duquel cinquante architectes (dont Ugo La Pietra), sculpteurs, peintres et critiques (dont Jean-Clarence Lambert et Joseph Rykwert) étaient réunis. Le programme incluait 800 lits répartis en petites maisons de 60 m2 intégrées aux oliveraies en terrasses et à la pinède. Le plan masse dessiné par Porro lui-même tire parti du relief naturel du site et s’inspire d’une peinture d’Arcimboldo pour figurer un homme sortant de l’eau dont chaque partie du corps participe à l’organisation spatiale du village : la tête accueille l’administration, l’estomac abrite le restaurant, les espaces sociaux se logent dans les mains, les intestins dessinent un labyrinthe au centre de la place. Un amphithéâtre se loge dans le pubis tandis que le quai dessine un organe génital à la fois féminin et masculin. Des équipes d’artistes et d’architectes étaient ensuite en charge des projets de construction définis par le plan masse et composant le torse, les épaules ou encore les aisselles. Le symbolisme de Porro s’exprime également à l’intérieur des espaces de chaque habitation : l’architecte projette une âtre de cheminée en forme de nombril, dont le conduit s’enchâsse dans un pis de vache, symbole d’abondance.

partager sur ou