Programmation culturelle à Vierzon

Dans son Manifeste du Tiers-Paysage paru en 2003, Gilles Clément définit « le Tiers paysage comme un Fragment indécidé du jardin planétaire, constitué de l'ensemble des lieux délaissés par l'homme.Ces marges assemblent une diversité biologique qui n'est pas à ce jour répertoriée comme richesse. Espace n'exprimant ni le pouvoir ni la soumission au pouvoir. Comparé à l’ensemble des territoires soumis à la maîtrise et à l’exploitation de l’homme, le Tiers Paysage constitue l’espace privilégié d’accueil de la diversité biologique. »

Gilles Clément, Le Manifeste du Tiers-Paysage, 2003, Editions Sujet/Objet

Le féminisme, avec sa grande diversité- car il n’y a pas une seule voie féministe- se décline au pluriel. Depuis la fin du XVIIIe siècle, la question des droits, de la citoyenneté et de l’émancipation des femmes est posée à travers des luttes politiques, sociales et anticoloniales. Si cette biennale souhaite dépasser sa seule relation à l’histoire de l’art et use du concept de démocratie féministe pour renouveler la lecture de la discipline, elle nécessite alors de s’interroger sur les nouvelles pratiques de citoyenneté paritaire, de la place des femmes dans la fabrique des villes et du territoire, en prenant en compte l’Histoire des vierzonnaises. En effet, considérer leur existence sociale, leur place dans la sphère publique, par l’éducation, l’économie, la sociabilité, le travail et se préoccuper de leur rôle comme « agents collectifs » revêt un intérêt capital.

Tout comme le caractère « indécidé » du Tiers paysage, le Tiers féminisme correspondrait à un refuge pour la diversité des féminismes, constitué par la somme des délaissé·es. Pensé comme un forum de débats, d’idées et d’actions, nous avons pour ambition d’inviter vierzonnais·es, artistes, architectes femmes, autrices et citoyen·nes à interagir et à exhumer cette réserve afin de réfléchir sur un idéal de société et d’accompagner les mutations des politiques publiques et des actions citoyennes. Cette « rencontre » inter-sociétale aura lieu au sein d’un tissu associatif vierzonnais, riche par sa diversité et ses propositions sociales et citoyennes.


Conférence Inaugurale

Anna Heringer

Anna Heringer est une architecte autrichienne née en 1977. Elle se forme à l’architecture à l’Université des Arts de Linz dont elle sort diplômée en 2004. Après avoir vécu un an au Bangladesh, elle transpose en architecture les leçons tirées de l’ONG Dipshikha. Prônant une architecture durable et soucieuse des ressources locales, qu’elles soient matérielles ou humaines, ses réalisations s’accordent avec l’environnement, la culture, ainsi qu’avec la population qui l’investie. Sa démarche émane d’un processus de créativité intuitive et de la mémoire des mains dans la réalisation des formes. L’utilisation de la terre comme matériau principal demeure le fil conducteur de sa carrière, de même que son intérêt pour l’écologie, la condition des femmes ouvrières et la place de l’architecture dans la création du lien social. Par sa démarche, Anna Heringer réintroduit en architecture la place légitime de l’usager et replace l’architecte dans un carrefour de compétences collectives. Anna Heringer est aujourd’hui architecte et professeure honoraire de la chaire de l’UNESCO sur l’architecture en terre, les cultures de la construction et le développement durable.


Cycle des Cartes Blanches

Rokhaya Diallo

24 et 25 septembre 2022

Journaliste française, Rokhaya Diallo est également autrice et réalisatrice reconnue pour son travail en faveur de l’égalité raciale, de genre et religieuse. En 2007, elle co-fonde l'association « Les Indivisibles » dont l'objectif est de déconstruire, notamment grâce à l'humour, les préjugés ethno-raciaux. Pour marquer cet engagement, le collectif décerne chaque année les « Y'A Bon Awards » aux "meilleures" phrases racistes prononcées par des personnalités publiques. Reconnue par l'ONG COJEP International - présente dans plus de quinze pays en Europe et affiliée aux Nations Unies et au Conseil de l'Europe - Rokhaya Diallo se voit attribuer le Prix de La Lutte contre le Racisme et les Discriminations en 2012. Intervenant régulièrement dans des conférences nationales ou internationales, elle est classée en 2013 par le magazine Slate en 36e position parmi les 100 Françaises les plus influentes et figure parmi les 30 personnalités noires les plus influentes d'Europe selon le classement du britannique « Powerful Media ». Elle est animatrice pour la chaîne BET (groupe VIACOM/ MTV) et aussi chroniqueuse de « On Refait le monde » sur RTL, et dans l’émission 24H de Pujadas sur LCI.


Master Class

Anne Lacaton

Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal fondent en 1987 leur agence d’architecture. Reconnus pour leur travail minimal, centré sur le dégagement et la valorisation de l’espace, ils s’imposent au début des années 2000 parmi les architectes les plus emblématiques d’une nouvelle interprétation du « Less is More ». Leur recherche de sobriété s’incarne également dans l’économie de leurs projets, basée sur l’adaptation au contexte, l’optimisation des systèmes de construction, la neutralité énergétique et la qualité des espaces. Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal sont lauréats du prix Mies Van Der Rohe 2019, du Global Award for Sustainable Architecture 2018, du Prix Triennale de Lisboa 2016 pour l’ensemble de leur carrière, de la Médaille d’Or de l’Académie d’Architecture de France 2016, de la Médaille d’Or Heinrich Tessenow 2016, du prix Design of the Year 2013, de l’Équerre d’Argent 2011 et du Grand prix national de l’architecture 2008. Ils ont été International Fellow du Royal Institute of British Architects 2009.


Et la participation de ...

Antre Peaux

Antre Peaux est un espace à Bourges qui propose toute l'année une programmation multiple et riche de croisements et de frottements. Antre Peaux est là où l’on aime à penser avec et pour une tendresse radicale. Il s’attache à devenir une boîte à outils appropriable et modulable, un élaboratoire de la création dédié à l’accompagnement de projets dans les domaines des arts du spectacle, des arts visuels et des arts de la transmission.

María Mallo Zurdo

Née en 1981 à Madrid en Espagne, María Mallo est diplômée de l’École technique supérieure d’architecture de Madrid (ETSAM) depuis 2006. Elle a enseigné la conception graphique dans cette même école et le design de produit à l’Istituto Europeo di Design (IED) de Barcelone. En 2011, son projet Inhabiting the Sky, conçu avec l’architecte Ana Peñalba, est sélectionné par le Thyssenkrupp Award. Ses recherches portent sur les formes géométriques générées par la nature et l’autoproduction. Ses projets intègrent une dimension bioclimatique et la question du paysage naturel (Inhabiting the Sky, 2011 ; Eco-Centro, en cours). En 2005, María Mallo cofonde le collectif d’architecture et de design Léon 11. Elle réalise plusieurs projets au sein de la structure, notamment Belén de Botellas (Madrid, 2010), mobilier urbain itinérant et modulable composé de bouteilles en plastique colorées. De 2011 à 2016, elle codirige Mecedorama, une entreprise dédiée à la fabrication artisanale et à la réalisation de mobilier sur mesure.

Pascale de Senarclens

Pascale de Senarclens grandit entourée par les forêts suisses, bercée par une nature envoûtante. Elle cultive un lien intime, et singulier avec son environnement et les organismes non humains qui l’habitent, les considérant comme des colocataires. Elle développe des projets d’écriture collective et d’échanges épistolaires entre inconnu.e.s, afin de raconter l’authenticité et l’intimité entre les humain·e·s de façon sensible. Pascale de Senarclens interroge dans ses projets, les notions de solitude et d’attaches, mais aussi d’identités et de normes. À l’avant-garde des mouvements #meetoo et dans la lignée des féministes queer comme Donna Haraway, elle a créé il y a douze ans une association féministe visant à déconstruire les normes et tabous sociétaux, créant un espace d’expression de soi et d’engagement collectif. De près ou de loin, sa démarche créative s’articule autour de la thématique de l’identité individuelle et du lien. Finalement son travail de recherche et de création s’adresse aux êtres, qu’importe leur forme, leur taille, leur langage ou leur norme. Elle approfondit cette connexion intime avec la nature dans son travail plastique actuel en se formant à la vannerie sauvage et à l’architecture végétale. Elle tisse et compose avec des matériaux bruts des artefacts de nature. Elle se sert aussi de sons qu’elle récolte, des voix humaines et non-humaines, pour concevoir des paysages sonores qui nous relient à la nature et à son souvenir. Oscillant entre des activités de recherches et de création, entre solitude et collectif, Pascale voit la vie comme un laboratoire d’expériences multiples, parfois renouvelées, mais souvent uniques. Un élan qui s’enrichit continuellement, se transforme, se renforce au fil des expériences et des rencontres.

SHAB association Surfaces Habitables Agence d'architecture Bientôt

L’agence Bientôt est un groupe d’architectes installé·es à Nantes et à Vierzon intéressé.es par les questions interdisciplinaires en architecture, notamment celle de la réhabilitation expérimentale et de réemplo. En 2020 ils fondent notamment l’association PRISM devenu SHAB, une structure proposant des ressources théoriques et matérielles ; elle a des fins de création, de recherche, de production et de diffusion ; l'association transmet, accompagne, promeut, édite et diffuse auprès du grand public et des collectivités locales, ainsi qu'à toute personne et structure intéressée par les projets et les recherches dans les domaines de l'architecture, de l'urbanisme, du paysage, du design, de la sociologie, de l'évènementiel, de l'image, du son, de l'écriture, de la recherche et du graphisme.

Ségolène Thuillart

Ségolène Thuillart est née en 1988, elle vit et travaille entre Paris et Tours. Diplômée de l’ENSBA de Lyon – DNSEP (École nationale supérieure des beauxarts), elle explore la plasticité du langage et la notion de travail et de vivre ensemble au travers de performances et pièces sonores. En 2021, elle participe au colloque « Désoeuvrer/Unwork » à l’ENS ULM et propose des interventions du quotidien allant de la méditation au karaoké en passant par la broderie, pour ré-enchanter les espaces de vie en communauté. Elle intervient dans des lieux comme le CCC OD (Centre de Création Contemporaine Olivier Debré), 19 CRAC, le Frac Île-de-France, Glassbox ou encore au Point Éphémère.

Vivante, 2022
Ce projet sonore, écrit à l’attention des Vierzonnais·es, avec leurs mots, se veut le témoignage d’une époque. Il s’agit de tendre le micro à chaque citoyen afin de créer une archive du présent in situ. L’artiste entend leur parler, les écouter et les rencontrer dans les rues, les associations et les commerces. Il est question d’habiter poétiquement la ville, où il serait possible de douter, où tout pourrait se dire, où la disputation et le débat seraient au centre de la création. Qu’est-ce qui fait que nous sommes ici ? Quelle est cette ville française, reflet d’une époque industrielle ? Quelles sont les histoires d’hier qui portent cette ville qui se tourne vers l’avenir ? Comment pouvons-nous nous réinventer pour tendre vers un avenir plus libre ? À travers ces discussions, la pièce sonore prend vie, parcourt la rue de la République, se niche dans des interstices de la ville et se réactive par Ségolène Thuillart au gré des balades urbaines.