Clémentine Chalançon

Née en 1995 à Lyon, Clémentine Chalançon est récemment diplômée d’un DNSEP à l’École Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne, et partage sa production artistique entre photographie et peinture. Elle use ainsi de ses photographies comme sujet, peignant les paysages par le filtre de ses propres prises de vues. Son regard glisse dans la périphérie, dans les zones limites, les zones d'ombre, ces zones intermédiaires, ces frontières qui en réalité, constituent le lieu de tous les possibles.

Sans titre, 2022. Fresque

Au sein du paysage de la Biennale intitulé L'Utopie des territoires, Clémentine Chalançon a investi deux lieux qui se font face, l'Usine La Française (B3) et le Jardin éponyme. Elle s'est intéressée aux murs, ces espaces ordinaires possédant cette même qualité d'empreinte, issue du lien qu'entretient le temps avec le vivant et la matière. L'artiste recourt à l'esthétique d'un artefact de l'heuristique — l'empreinte — pour l'appréhender au moyen de la technique a fresco, qui consiste à peindre sur l'enduit encore frais. À travers ces fresques, Clémentine Chalançon négocie la place d'un nouveau relief aux murs. Les motifs employés (taches, lézardes, mousses et lichens) sont les fragments de paysages observés et fantasmés, par lesquels elle exprime le rapport invisible au temps.

Sans titre, 2022. Fresque
Production Biennale d'Art et d'Architecture. Courtesy de l'artiste