Biennale d'Art et d'Architecture du Frac Centre-Val de Loire

Infinie liberté, un monde pour une démocratie féministe


Biennale d'Art et d'Architecture du Frac Centre-Val de Loire

Septembre - Décembre 2022 - Vierzon

En 2017 et en 2019, les biennales organisées par le Frac Centre-Val de Loire ont entrouvert la perspective d’exposer les artistes et architectes femmes de façon constante afin de faire face à la nappe d’anonymat qui entoure la création féminine contemporaine et sa généalogie historique. En ce sens, les acquisitions entrées récemment en collection,la Biennale de Rabat (2019) Un instant avant le monde et les expositions Ailleurs…ou plus loin et Alger, archipel des libertés, viennent renforcer l’idée selon laquelle la création d’une mémoire des artistes femmes est une responsabilité citoyenne, sociale et politique à laquelle le Frac Centre-Val de Loire se joint pleinement et s’engage en tant qu’institution publique.

Pour le projet à venir, le grand défi sera celui de l’acceptation de la condition égalitaire et sans aucun prérequis ni exception entre les hommes et les femmes. L’objectif sera d’en finir avec l’invisibilisation des femmes dans l’histoire de l’architecture et de l’art. C’est ainsi que cette troisième édition de la Biennale d’Art et d’Architecture du Frac Centre-Val de Loire, sera, dans la filiation de celle de Rabat, destinée à l’invitation exclusive d'artistes et architectes femmes. Peut-être qu’une fois ces combats gagnés, une relecture de l’histoire de l’art par le prisme du féminisme et l’acceptation égalitaire des genres, nous verrons pointer le commencement de ce que l’autrice Marie-Cécile Naves a appelle « une démocratie féministe »

La question semble d’autant plus importante à l’heure où nous vivons une forte redéfinition de nos libertés face à la fragilité d’un monde menaçant, en perte d’actions collectives.Dans le sillage des luttes incessantes pour la liberté à travers l’histoire, celle qui apparaît pourtant la plus urgente et parmi les plus menacées, demeure celle de l’égalité entre les hommes et les femmes et des combats qui lui sont sous-jacents : ceux de l’égalité entre les genres, entre les êtres humains et les êtres vivants. Intitulée « Infinie liberté, un monde pour une démocratie féministe » cette biennale se veut d’abord celle d’un nouvel imaginaire fondé sur l’égalité, où plusieurs lectures sociales, militantes et artistiques cohabiteraient dans la perspective d’impulser un nouveau sens commun. Elle est également celle d’un idéal de société fondée sur l’expérimentation renouvelée, les savoirs pluriels et l’action citoyenne.

Dépassant sa seule relation à l’histoire de l’art, le concept de démocratie féministe vient alors infiltrer notre lecture de la discipline, et donne lieu à plusieurs questions : quelles villes et programmes d’urbanisme sont pensés par et pour les femmes ? Quelle est la place des femmes architectes dans un métier à domination masculine et quelles sont leur production ? Quels mécanismes mettre en place pour sortir cette production artistique de l’invisibilité ? La Biennale d’Art et d’Architecture se présente comme l’une des réponses que nous souhaitons mettre en place pour penser des modèles de société égalitaire. Le Frac Centre-Val de Loire s’attache particulièrement à l’idée d’aller à la rencontre des publics, il peut alors être défini comme une institution qui participe à apporter aux politiques publiques et aux citoyen.nes une manière de penser le monde dans lequel nous vivons.

Une biennale de proximité, un territoire d’expérimentation :

Pensant la proximité comme avenir du monde, la Biennale d'Art et d’Architecture sera réfléchie à la manière d’une « Manifesta de proximité », dans laquelle les événements artistiques seront organisés selon une logique itinérante susceptible de s’emparer à chaque édition d’un territoire nouveau. L’objectif sera de faire de la Biennale un événement moteur de dynamique urbaine, architecturale et artistique autant qu’un moment pour construire le vivre ensemble et engager les citoyennes et citoyens à s’approprier leur cité. Entretenant un partenariat fructueux avec la ville de Vierzon depuis 2018, c’est tout naturellement que le Frac Centre-Val de Loire souhaite être partie prenante de la dynamique territoriale engagée par la municipalité en place et de collaborer à appuyer les grandes orientations culturelles définies lors de la candidature de la ville de Vierzon au label « Capitale française de la culture » en 2020.

Le Frac Centre-Val de Loire, en sa qualité d’institution régionale de diffusion et de sensibilisation à l’art contemporain a pour ambition de renforcer sa position au sein du maillage territorial et de faire de l’itinérance un temps fort de la biennale d’art et d’architecture, après les deux éditions menées à Orléans en 2017 et 2019. Forte de son caractère industriel et agricole mais également par sa position géographique privilégiée, la ville de Vierzon se situe au carrefour de plusieurs villes et voies de communication. Son environnement de qualité, à la croisée de cinq rivières dont l’Yèvre et le Cher, lui confère une identité de « villes d’eaux » ceinturée à fortiori par une forêt domaniale. L’équipe du Frac Centre-Val de Loire est heureuse de poursuivre ce partenariat privilégié avec la Ville de Vierzon et de participer à l’ambition culturelle portée par Monsieur Nicolas Sansu, Maire de Vierzon. Ce dernier a souligné que « c’est cette ambition qui a présidé à la volonté de la ville de Vierzon, en lien avec le territoire proche, de candidater au label Capitale Française de la Culture ».