Accueil/Programme culturel/Symposiums de la Biennale

Les symposiums de la Biennale

6 symposiums à suivre du 07/10/2017 au 31/03/2018

Terre Mentale

07/10/2017, 17h, Fondation du doute, Blois

Au territoire historiquement planifié, fortifié, canalisé, semble s’opposer un modèle récent qui relève d’une approche locale, spontanée et collective, une démarche qui a initié sa distillation dans les lieux inoccupés, les friches. L’architecte change de statut, coopère, habite et partage le projet avec les habitants. Les rôles se confondent pour aboutir à un vaste recyclage urbain à vocation humaniste et convivial. En explorant le lexique de l’écologie, à la notion de palimpseste incarnant une superposition statique se substitueraient celles de la sédimentation et de la taphonomie. Territoire meuble aux contours imprécis, la Loire incarne cette nature ouverte et fantomatique. Elle constitue un modèle pour penser l’ensemble d’un territoire régional dont les disparités culturelles, économiques, sociales et la centralité-même interdisent toute réduction derrière une seule identité pour lui préférer le principe d’identités multiples. Les nouvelles pratiques collaboratives offrent-elles des nouveaux territoires à explorer ? Serait-il possible de définir l’identité de notre territoire en tant qu’ouverture vers le monde ?

Cette rencontre prendra place dans le cadre des cartes blanches de la 19e édition des Rendez-vous de l’histoire de Blois, organisée conjointement par la Fondation du doute, le CAUE 41 et le Frac Centre-Val de Loire.

Intervenants : Patrick Bouchain, « architecte » et constructeur, André Guillerme, ingénieur et historien

Soirée conférence avec et autour de Demas Nwoko.
Aux sources de l’architecture contemporaine africaine

Cette conférence initialement prévu le 13 octobre 2017 est reportée. Merci de votre compréhension

Demas Nwoko est un acteur majeur de l’histoire de l’architecture nigériane. Figure du « mouvement moderniste iconoclaste » dès les années 1950, il a largement participé à ce courant de revendication indépendantiste et à l’affirmation d’un nationalisme culturel. à la fois architecte, peintre, sculpteur scénographe, entrepreneur et enseignant, Nwoko prône une synthèse des arts auprès de ses élèves du National College of Arts, Science and Technology de Zaria. Un dialogue avec le commissaire d’exposition Smooth Nzewi, et une discussion avec la jeune génération d’architectes d’Afrique, mettra en perspective la pensée de Demas Nwoko avec les autres protagonistes de son temps et questionnera l’héritage de ses expérimentations.

Grand Témoin : Demas Nwoko
Coordination scientifique : Smooth Nzewi

Fatalité de la culture, limites de la contre‑culture.
Autour de Patrick Bouchain

Volet 1 : 14/10/17, de 10h à 17h30, Salle Barrault, Théâtre d'Orléans

Volet 2 : 31/03/2018, Frac Centre-Val de Loire

La culture a toujours tendance à lisser, aplanir et « récupérer » tout en offrant le lustre d’une forme de dignité, tandis que la contre-culture est vouée à la marginalité si elle ne rencontre aucun écho « officiel » parmi les élites. Fatalité de la culture et limites de la contre-culture : le travail et la trajectoire de Patrick Bouchain dessinent un terrain idéal pour réfléchir au cours de deux journées sur la fécondité et les apories de ce drôle de couple avec en toile de fond la collection du Frac Centre-Val de Loire, qui depuis plus de vingt ans façonne bien des imaginaires. Ajoutons-y l’architecture où, comme chacun sait, l’on y construit pour les autres et avec les sous des autres, et nous obtenons un champ idéal de controverses.

Grand Témoin : Patrick Bouchain

Coordination scientifique : Jean-Louis Violeau

Intervenants : Loïc Blondiaux, Xavier Fouquet, Anne Debarre, Michel Bertreux, Aurélien Bellanger, Julien Perraud, Catherine Dohmen, Gilles Delalex, Hubert Tonka, Encore Heureux

News from utopia : cartographie de la recherche en architecture

Symposium international des Écoles d’Architectures

13/10/2017, 10h-18h
Frac Centre-Val de Loire

Le symposium « cartographie de la recherche en architecture » réunira les écoles d’architecture à travers le monde pour poser les fondements d’un programme de recherche en architecture expérimentale que le Frac Centre-Val de Loire inaugurera à l’occasion de cette première édition. Il a été demandé à chaque école de venir faire la présentation de leurs domaines et protocoles de recherche sous la forme d’un dialogue avec la collection du Frac Centre-Val de Loire. à la clôture de la Biennale, les années 2018 et 2019 seront l’occasion d’inviter les écoles pour un commissariat d’exposition-recherche à partir de la collection et des travaux menés dans les différents laboratoires.

Coordination scientifique : Luca Galofaro et Abdelkader Damani

Écoles invitées : Southern California Institute of Architecture, Los Angeles, USA / Università di Camerino, SAAD Ascoli Piceno, Italie / Architectural Theory, University of Innsbruck, Autriche / Institute for Advanced architecture of Catalonia, Barcelone, Espagne / Cooper Union, school of architecture, NYC, USA / Arquitectura en la Universidad Nacional de La Matanza, Buenos Aires, Argentine / Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes, France

« Est-il encore possible d’être un étranger ? »

08 & 09/12/2017, Frac Centre-Val de Loire

L’objet de cette journée veut contribuer à explorer les vertus de l’étrangéité, dans quelque situation que ce soit. Quel étranger peut-on vouloir devenir ?
Nous proposons alors une réflexion sur le thème suivant : il est nécessaire d’être étranger1. Non seulement l’étrangéité est une condition indispensable de l’humanité, mais encore il peut-être requis d’apprendre à « faire figure d’étranger2» pour préserver l’altérité, mais aussi la critique.
Une telle orientation pour une journée de travail au Frac Centre-Val de Loire repose sur une ligne générale : donner de la latitude à l’écart et à la possibilité d’œuvrer ensemble à partir d’horizons différents en l’occurrence ici celui de l’architecture dans sa relation aux autres disciplines. Car en effet, le propre de l’architecture est de créer de l’extranéité en permanence. L’architecture soulève les poids, détermine les limites, requalifie des nouveaux vides dans les vides disponibles et, surtout dirions-nous, installe le paysage. En installant le paysage l’architecture tente de résoudre un paradoxe : d’une part, la nécessaire mise à distance du monde pour nous mettre à l’abri ; d’autre part, l’impossibilité d’être autrement que partie prenante du monde pour en construire les narrations.

Coordination scientifique : Abdelkader Damani et Christian Ruby

Palestine Terre des rêves, un état rêvé

17 février 2018 - Frac Centre-Val de Loire

Lorsqu’il s’agit de la scène architecturale en Palestine, une série de questions demeurent sans réponse. De nombreux historiens se concentrent sur l’histoire et l’héritage de l’architecture palestinienne ; d’autres sur le futur de la Palestine parlant de concepts reliés à la décolonisation de l’architecture. Il est rare de trouver des études qui portent sur la scène architecturale contemporaine palestinienne et comment elle s’intègre ou non à la scène professionnelle internationale de l’architecture et à celle du monde arabe. Cette rencontre explore l’architecture et l’environnement bâti en Palestine comme moyen de compréhension du monde arabe global et des transformations que ce dernier subit.

Coordination scientifique : Shaden Awad et Yazeed Alrifaie