Cette saison, le cycle architecture se propose d’interroger nos différentes façons de concevoir notre habitat et notre vivre ensemble. Il retrace les inventions autour de l’habitat du mouvement moderne des années 1920 et 1930, démontre l’extraordinaire essor que propose l’habitat pour les expérimentations architecturales et sociales depuis les années 1950 et présente une analyse sur des enjeux d’aujourd’hui : habiter au regard des espaces collectifs et face à la qualité environnementale.

Volet 1 : La maison, espace de liberté créative

À l’ombre des grands ensembles, la villa constitue dans la France des Trente Glorieuses un laboratoire qui permet aux architectes d’innover mais aussi de mettre en pratique les enseignements des maîtres du Mouvement moderne, tout en les détournant avec la vitalité et l’esprit de provocation caractéristiques de l’époque. Avec Le Corbusier ou André Wogenscky, mais aussi des grands noms de l’architecture internationale qui construisent alors en France (Alvar Aalto, Oscar Niemeyer, Richard Neutra), cette architecture domestique balance entre organicisme, rationalisme et brutalisme. À la recherche d’une synthèse des arts, architectes et artistes donnent naissance à des chefs d’oeuvre (Claude Parent et André Bloc, Paul Nelson et Fernand Léger, Guy Rottier et Arman, ou Odette Ducarre et Pierre Boulez). Tandis que de leur côté, grâce à la technique souple du voile de béton, Chanéac, Antti Lovag ou Pierre Székely oscillent entre constructions primitives et projections futuristes.

Intervenant : Raphaëlle Saint-Pierre

Raphaëlle Saint-Pierre est historienne et journaliste d’architecture. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Maisons-Bulles, architectures organiques des années 1960 et 1970 (éditions du Patrimoine, 2015), Villas 50 en France et Villas 60-70 en France (Norma, 2005 et 2013), Le Centre EDF des Mureaux par l’Atelier de Montrouge (Archibooks, 2012). Elle collabore notamment aux revues D’A, Architectures à vivre, Le Moniteur, AMC.

  • 30/09/2016 - 11h : Le mythe de la villa moderne
  • 07/10/2016 - 11h : Les collaborations entre architectes et artistes
  • 14/10/2016 - 11h : Les maisons-bulles

Volet 2 : Territoires et laboratoires d'expérimentation en France et aux États-Unis

Dans l’environnement économique et social du Mouvement moderne, la construction de maisons par ses principaux protagonistes a placé en France la ville du Boulogne-Billancourt, et aux Etats-Unis les villes de New Canaan (Connecticut) et Usonia (Etat de New York) au centre du prosélytisme en faveur du modernisme architectural.
Nous présenterons en détails ces 3 communautés de maisons d'avant-garde, 3 territoires qui ont été de véritables laboratoires d’expérimentation de solutions innovantes tant théoriques que programmatiques ou constructives. D’une part, la ville de Boulogne qui a la particularité d'accueillir près de 30 ateliers construits dans les années 20 par les architectes Auguste Perret, Le Corbusier, André Lurçat, Mallet-Stevens, etc. D’autre part, la communauté d'Usonia, dans l'état de New York, constituée d'une cinquantaine de maisons dont le plan d’ensemble a été conçu par Frank Lloyd Wright après la Seconde guerre mondiale. Et enfin la ville de New Canaan située dans le Connecticut où sont disséminées 100 maisons des architectes tels que Marcel Breuer, Philipp Johnson.
Un moment particulièrement important pour la compréhension de cette histoire récente de l’architecture.
L’intérêt grandissant du public pour ces maisons, dont plusieurs ont été démolies récemment aux Etats-Unis, témoigne d’un changement du rapport des habitants à leur histoire et à leur patrimoine. Mais il révèle aussi l’émergence d’un nouveau marché, celui des maisons modernes appréhendées comme œuvres d’art.

Intervenant : Delphine Aboulker

Delphine Aboulker est architecte, historienne de l’architecture et entrepreneure. Elle est cofondatrice de l’agence Architecture de Collection spécialisée dans la vente d’architecture remarquable des 20ème et 21ème siècles et de l’agence Architrip dédiée aux visites architecturales du Paris innovant.

  • 18/11/2016 - 11h : Boulogne, ville témoin des maisons de l'avant-garde architecturale des années 30
  • 25/11/2016 - 11h : La communauté d'Usonia dans l'État de New-York, modèle utopique de cité idéale
  • 02/12/2016 - 11h : Les maisons du Mouvement moderne américain, le cas de New Canaan

Volet 3 : Expérience de soi, expérience des autres - les ressources de l'habitat de demain

Si la production du logement est souvent accusée de rester sourde à l’évolution de nos modes de vie, de nombreux exemples contemporains révèlent pourtant une fine observation de l’habitant et de sa part active dans le redéploiement de ses espaces d’habitation. Ainsi, à travers ce volet porté par Valérie Lebois, nous étudierons le désir d’habiter au regard du rapport sensoriel et sensuel que nous entretenons avec notre univers domestique. A partir de cette première analyse, nous nous intéresserons au potentiel des espaces collectifs en termes de dynamique sociale, de partage de services et de qualité environnementale.

Intervenant : Valérie Lebois

Valérie Lebois est psychosociologue et docteur en architecture. Elle est maître-assistant à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg et chercheur au Laboratoire Architecture, Morphologie urbaine et Projet (AMUP). Ses travaux visent à articuler une démarche psychosociologique centrée sur la relation des individus avec leur cadre de vie à une compréhension architecturale et urbaine. Elle développe également des travaux de recherche sur l’expérience sensible de l’architecture en s’attachant à la place du corps et du rôle de l’ensemble des sens dans la manière d’appréhender un lieu et de le vivre.

  • 13/01/2017 - 11h : Repenser l'habitat grâce à une approche sensorielle
  • 20/01/2017 - 11h : La quête de convivialité
  • 27/01/2017 - 11h : Les qualités et les espoirs des lieux de voisinage