Recherche avancée

Marino Di Teana

©François Lauginie

  • Ville du Futur, 1964
  • Ech. 1:1000
  • Maquette
  • Plâtre, crayon graphite, peinture
  • 35 x 100 x 80 cm
  • Donation Marino di Teana
  • 012 013 002

Villes du Futur, 1958-1966

Caractéristique d’une époque marquée par l’explosion démographique et la course au progrès technologique, ce projet visionnaire pour une « ville du futur » propose le déploiement de quatre cents groupes urbains mesurant en moyenne trois cents mètres de haut pour huit cents mètres de large. Ces ensembles monumentaux, espacés les uns des autres de plusieurs dizaines de kilomètres, peuvent contenir jusqu’à 20 000 habitants. Ils sont destinés aux habitations, aux espaces de travail et aux bâtiments publics. Afin de libérer le maximum de surface terrestre et pour ne pas gâcher le spectacle de ces « sculptures-villes » élancées vers le ciel, Marino di Teana prévoit l’aménagement des espaces de communication et de service en sous-sol. Le schéma en bas à droite de la peinture présente ainsi une vue en coupe d’un tunnel souterrain. Les différents niveaux, matérialisés par des lettres, prévoient des axes de circulation pour les automobiles (A), des couloirs d’accès à des jardins climatisés (B), des abris antiatomiques (C), des réserves de nécessité (D) ainsi qu’un réseau de circulation pour un train à propulsion pneumatique (E et F). Marino di Teana offre ici une parfaite démonstration de sa démarche « prospective » qui associe la sensibilité plastique et poétique du sculpteur aux fantasmes futurologiques d’une architecture de survie.

Inventaire / diaporama [4]