Recherche avancée

Superstudio

©François Lauginie

  • Istogrammi di architettura, s. d.
  • Dessin
  • Encre et crayon graphite sur calque
  • 35.8 x 41.9 cm
  • 010 026 001

Istogrammi di architettura, 1969-2000

Les « Histogrammes d’architecture » constituent un catalogue de trente diagrammes tridimensionnels, à la surface homogène et isotrope, devant servir à la conception d’objets, meubles, environnements ou architectures, à travers une grille transposable à différentes échelles. Egalement intitulés « Tombes des architectes », les Histogrammes procèdent, pour Superstudio, d’un refus de toute convention ou de toute idée de design et d’architecture. Constatant l’impossibilité de proposer des formes nouvelles sans adopter les logiques du passé, Superstudio propose de faire disparaitre la notion de « qualité » en architecture. « Grille sans fin dans laquelle chacun peut vivre (et mourir) sans se consumer physiquement ou spirituellement » (Superstudio), les Histogrammes renvoient à la notion d’immutabilité, à « la recherche d’une image inaltérable » de la nature. Conséquence d’un processus réductif général, les Histogrammes sont un nouveau processus mental, affranchi des modèles ou des imitations. Leur réticulation envahit tout : territoire, objets de mobilier, architecture, ville, dans une « mise à plat absolue des typologies du classicisme ». L’architecture n’est plus qu’un diagramme mental, une grille sans début ni fin. Cette étape conceptuelle en trois dimensions de leur théorie aboutira à la réalisation de la série de meubles Misura (1969), éléments assemblables réalisés en laminé plastique sérigraphié, puis la série Quaderna produite par Zanotta en 1971.

Inventaire / diaporama [6]