Recherche avancée

R&Sie(n) (François Roche, Gilles Desèvedavy, Stéphanie Lavaux, Jean Navarro)

©Philippe Magnon

  • Maison dans les arbres, 1999
  • Maquette
  • Métal, plexiglas, plastique, carton, bois et peinture.
  • 95 x 85 x 76 cm
  • Donation François Roche
  • 999 01 190

Maison dans les arbres, 1994-1999

Présentée lors de la Biennale de Venise en 1996 avec La Maison du Japon (1990) et le projet de Route du Maïdo (FRAC Réunion), la Maison dans les arbres (1994), devant être située à Saint Sauveur dans la forêt de Compiègne, est conçue pour un horticulteur qui assurera la coupe régulière du groupe d’érables dont elle est entourée. S’ouvrant au temps réel, à l’éphémère, à l’aléatoire et aux modifications, cette architecture du camouflage intègre dans son processus et son histoire même, la croissance programmée des arbres prévue ici sur vingt ans à la manière des techniques bonsaï, croissance au terme de laquelle la maison sera immergée dans le feuillage. Partant du principe que « la matière est un préalable à la forme » (F. Roche), La Maison dans les arbres échappe à la typologie de la maison individuelle. « La dissimulation de la maison au sein du feuillage de cet ensemble d'érables, qui tranche au milieu de hêtres centenaires, brouille la lecture de la forme, impose le végétal comme un élément dynamique et vivant. » La Maison dans les arbres se situe ainsi « entre le rêve d'une cabane dans les arbres et le réquisitoire d'une architecture du camouflage ». (F. Roche) Bien au-delà de questions d’intégration au paysage ou de préoccupations d’ordre écologique, la recherche de Roche prône, quelques années avant des recherches similaires d’autres architectes, la dissimulation jusqu’à la disparition. Vaste de 250 m², cette maison « mime » l’élancement des arbres par la présence de pilotis supportant plusieurs corps de bâtiments suspendus en hauteur. Ses façades offrent une double paroi de verre, ouvrant l’intérieur sur l’extérieur et inversement dans un dialogue permanent avec la nature. Proche d’une certaine idée de l’installation in situ, La Maison dans les arbres, comme nombre de projets de Roche, propose une forme temporaire, à l’instar de la hutte.

Nadine Labedade

Inventaire / diaporama [3]