Aï Kitahara

  • 23/04/2010 - 04/06/2010 [00:00]

FRAC Centre

Aï Kitahara a été accueillie en résidence au CHD Daumezon (Fleury les Aubrais) du 15 novembre 2009 au 5 mars 2010.Aï Kitahara développe un art du volume et de la surface. Son œuvre réfléchit une « topologie » de l’entre-deux. Elle utilise l’installation, la maquette, le dessin… Un thème est omni présent dans son travail depuis plusieurs années : la notion des limites spatiales (architecturales, territoriales...). Ses travaux visent à matérialiser des architectures non visibles, des architectures psychologiques et sociologiques. « Par ses limites, une espace protège en même temps qu’il emprisonne » (Aï Kitahara). La part la plus récente de son travail traduit un questionnement sur la relation entre l’architecture et l’art présenté dans l’espace architectural. Dans la série « Démolir – reconstruire », notamment, l’architecture est » démembrée » et recomposée sous forme de maquette. Dans ses expositions, c’est l’architecture qui contient l’art mais c’est l’art qui recompose l’architecture de l’exposition.

La résidence d’artistes du CHD Daumezon
En 2008, une résidence d’artistes dans le domaine des arts plastiques a été mise en place au CHD Daumezon (Fleury-les- Aubrais). Elle associe, dans le cadre d’une convention de jumelage le CHD Daumezon, le FRAC Centre et depuis 2009, l’Ecole supérieure d’art et de design d’Orléans / IAV. Ce programme de résidence bénéficie du soutien de la Région Centre et de la DRAC Centre et de l’Agence Régionale d’Hospitalisation Centre.
Site de l'exposition

Claude Parent : l'œuvre construite, l'œuvre graphique

  • 20/01/2010 - 02/05/2010

Cité de l’architecture et du patrimoine

Reconnu aujourd’hui par les jeunes générations, Claude Parent fut longtemps oublié, marginalisé dans une utopie qui fascine encore hors de nos frontières, en Amérique comme en Asie. “Utopiste du territoire”, comme le qualifiait récemment Paul Virilio, son complice dans l’aventure de la “Fonction oblique”, Claude Parent est l’un des héros de la modernité.

L’expérimentation est son champ d’investigation permanent. On lui doit deux des icônes de l’architecture contemporaine : la Maison de l’Iran à la Cité universitaire de Paris 5avec Heydar Ghiaï, Mohsen Foroughi, architectes et André Bloc, plasticien conseil) et l’église Sainte-Bernadette du Banlay à Nevers. Auteur également de « maisons cultes » comme la Maison Drusch à Versailles (le célèbre cube renversé), ou la Maison Bloc à Antibes, Claude Parent a travaillé en série sur deux programmes qui manient la grande échelle : les centres commerciaux et les centrales nucléaires. Pour EDF, il deviendra en quelque sorte le directeur artistique du programme “architecture du nucléaire” et dessinera personnellement deux “Maisons de l’atome” sur les sites de Cattenom et de Chooz.Parallèlement à l’œuvre construite se développe l’œuvre graphique. L’exposition exploite la mine d’archives, notamment maquettes et dessins, conservées par le FRAC Centre (à l’initiative de Marie Ange Brayer et Frédéric Migayrou – ce dernier étant commissaire de l’exposition, aux côtés de Francis Rambert, directeur de l’Ifa) et l’Institut français d’architecture.
L’exposition s’attache aussi à mettre à jour les influences affichées ou non des idées de Parent dans le travail d’autres architectes, dont Rem Koolhaas, Snohetta ou Zaha Hadid…
Le parcours de Claude Parent est jalonné de rencontres décisives avec des personnalités comme Ionel Schein, André Bloc, Paul Virilio, mais aussi des artistes comme Nicolas Schöffer, Jean Tinguely, Yves Klein. Autant de « périodes » de son œuvre ou de collaborations ponctuelles qui font de cet architecte une figure complexe dont le visiteur de l’exposition découvrira toutes les facettes.

Exposition produite par la Cité de l’architecture et du patrimoine/Institut français d’architecture, avec le concours du FRAC Centre et du Centre Pompidou, grâce au mécénat de la Fondation EDF Diversiterre et au soutien de LVMH / Moët Hennessy . Louis Vuitton, ainsi qu’avec le concours des sociétés Alcan composites (Dibond®), Plexiglas® et ThyssenKrupp Cadillac Plastic, iGuzzini, Lafarge et Tollens
Commissariat : Frédéric Migayrou et Francis Rambert
Scénographie : Jean Nouvel

Monolithes ou l'architecture en suspens (1950-2010)

  • 17/09/2010 - 27/02/2011

Artistes et Architectes du FRAC Centre

Site de l'exposition