Esplanade Française Vierzon

  • 31/10/2019 - 02/02/2020

l'esplanade Française de Vierzon accueille à partir de novembre l’installation de l’artiste camerounais Pascale Marthine Tayou (Colonial Erection), présentée en octobre à Orléans au Campo Santo à l’occasion de l’ouverture de la Biennale.

L’artiste questionne dans cette œuvre l’impact du modèle occidental sur la culture africaine.

L'histoire précoloniale de l'Afrique est marquée par une forte mobilité des habitants sur l'ensemble du continent : les migrations, les guerres, le commerce, etc. ont favorisé la circulation des populations, faisant de l'Afrique un continent en mouvement, où les flux et les déplacements constituaient le moteur des échanges et des transformations.

À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les colonisateurs ont cherché à maîtriser et limiter cette tradition de mobilité en établissant des frontières tracées sur la base de cartes approximatives : définies de manière arbitraire, elles ont figé les populations sur des territoires fermés issus du partage du continent par les puissances coloniales.

Après la seconde Guerre Mondiale, les pays africains, qui accèdent progressivement à l’indépendance, conservent le modèle d'organisation spatiale héritée de l'époque coloniale plutôt que de renouer avec la culture de mobilité qui préexistait. Aujourd'hui, un certain nombre de chercheurs, d'historiens et de géographes considèrent que ces frontières imposées et contestables participent des difficultés économiques et politiques du continent. C'est cette analyse que Pascale Marthine Tayou illustre avec son œuvre Érection coloniale, dont les drapeaux modifiés remettent en cause la cohérence des États africains et de leurs frontières.

Ces drapeaux s'accompagnent de statues qui reprennent les codes esthétiques de l'art colon. En effet, les "colons" désignent des statuettes en bois sculpté produites principalement au XXe siècle en Afrique de l'Ouest, qui représentent des personnages longilignes, les bras le long du corps et habillés en costumes représentatifs de l'autorité coloniale.


Artiste

Pascale Marthine Tayou