Homo Faber : un récit

Monographie consacrée à Günter Günschel

Monographie consacrée à Günter Günschel

Commissariat : Cornelia Escher

Sa vie durant, l’architecte et ingénieur Günter Günschel a produit de nombreux dessins, collages, maquettes et dessins numériques qui participent d’une réflexion théorique sur l’architecture, et nous éclairent sur la solitude de l’architecte en tant que dessinateur du monde moderne.

Le titre de l’exposition fait référence au roman Homo faber : un rapport (1957) de l’architecte et écrivain suisse Max Frisch. L’expression homo faber désigne l’être humain capable de s’approprier le monde naturel et de le transformer à l’aide des outils et autres équipements techniques qu’il crée. L’ouvrage de Frisch suit un personnage de ce type pour mettre en lumière la vision du monde spécifique à l’homme moderne en tant qu’ingénieur maîtrisant la nature – ainsi que les graves dégâts inhérents.

Au travers de son œuvre, Günter Günschel interroge le rôle de l’architecte en tant que homo faber, la place de l’humain dans l’architecture de l’âge moderne. Plus encore, il pointe le double effet de la pratique architecturale, capable de recréer et de détruire l’image de la nature. Ces questionnements sous-jacents aux travaux de Günschel sont aujourd’hui à reconsidérer à la lumière du débat actuel sur le rôle de l’humain et du post-humain dans l’Anthropocène.


Informations pratiques

Exposition de la Biennale d'Architecture d'Orléans #2
prolongée jusqu'au 21 juin 2020
entrée gratuite

Fermeture du lundi 10 au mardi 18 février 2020.