Accueil/Expositions/Dans les murs/eILe Pr_FAIRE la FICTION

eILe Pr_FAIRE la FICTION

New-Territories
(flash-back 1993-2050)

10/11/2016
26/03/2017


En 2016, vingt ans après la première exposition au Frac Centre-Val de Loire, New-Territories* est invité pour un « flash-back 1993-2050 ».

Cette manifestation retrace et trace 57 ans de travail, de scénarios, de projets, de polémiques et de prospectives. Elle donne à voir une production foisonnante, portée par l’Avatar, cette figure hybride générée digitalement dès 1993 pour se substituer à la figure autoritaire de « l’architecte – auteur » et synthétiser ses multiples collaborations – BoyeRoche (1989); Roche (1990); Roche & François (1991); R-F-L-H-R-P (1992); Roche, DSV & Sie (1993–97); R, DSV & Sie. P (1998); R & Sie. D/B: L (1999–2001); R&Sie(n) (2001 to 2011) et [eIf/bt/c] (2011-2016)...

L’ensemble de ces collaborations, de ces labels, des ces dispositifs constituent les fragments de New-Territories, une matrice qui depuis 1993 les génère, les mets en sommeil et les active.
« eILe Pr_FAIRE la FICTION », le titre de l’exposition annonce d’emblée deux postulats qui sous-tendent le propos : d’une part, la figure de l’androgyne, d’Aphrodite, un être qui se refuse au genre et de fait se refuse à dominer les territoires, à dominer par la forme, à dominer avec la matière. D’autre part, « Faire la Fiction » comme mode opératoire pour faire le monde, l’écrire en scénario. Refusant toute forme d’enfermement, New-Territories vit dans un état de migration permanente ; toujours ailleurs, ailleurs en géographie, mais aussi – et toujours - au centre même de l’architecture comme une zone magnétique qui collabore mêlant à l’architecture, le cinéma, l’écriture et la collaboration avec les artistes, avec les philosophes, les biologistes, les mathématiciens, parfois les architectes... C’est une structure poreuse, ouverte... au monde.

Ayant saisi, dès 1990, tout le potentiel des technologies numériques, New-Territories n’a cependant eu de cesse d’en révéler les désordres et les limites. L’architecture n’est pas affaire de projection, elle est une histoire de « distorsion du réel » affirme New-Territories.

Dans « eILe Pr_FAIRE la FICTION », le public est invité à embarquer pour une « odyssée paranoïaque » au travers d’une série de projets historiques (pour majeure partie conservés en collection du Frac Centre–Val de Loire), et de scénarios « anthropotechniques » - le plus récent de New-Territories, sous le label M4 (mindmachinemakingmyths).

Une pièce inédite, produite spécifiquement pour un des espaces des Turbulences, questionne à nouveau, via des procédures robotiques et computationnelles, la perte de contrôle, l’affranchissement du design préalable. Il est question d’un dispositif incertain en train de se « Faire », réactif et en temps réel substituant contingences et artefacts aux modélisations 3D.

L’exposition brouillera la chronologie au profit d’une lecture non linéaire, à la fois géographique et psychanalytique des projets. Elle traquera la permanence de certaines stratégies architecturales et technologiques, les obsessions de l’architecte, les attitudes et les dispositifs sous-tendant à chaque fois un rapport renouvelé au monde, dans ses dimensions biologiques, politiques et techniques.

Des voix off, des lignes de fuite, des modes opératoires, des dispositifs machinistes aux creux de stratégies critiques nous guident et nous abandonnent dans une ritournelle fiction / réel.

Pour clore et ouvrir, un livre d’entretien avec Sylvia Lavin (historienne et critique d’architecture), Jeffrey Kipnis (historien et critique de l’architecture), Cynthia Davidson (critique d’architecture et éditrice), Greg Lynn (architecte), Bart Lootsma (historien et critique d’architecture), Hans Ullrich Obrist (commissaire d’exposition), Bruce Sterling (écrivain), Stephanie Lavaux (Associée et Artiste) et d’autres encore… est édité à l’occasion. Il pose directement et littéralement la question de celui qui s’énonce comme le secrétaire particulier de « New-Territories » : « _Qui êtes vous François Roche ? ».

Commissariat : Abdelkader Damani (directeur du Frac Centre-Val de Loire) et New-Territories

*New-Territories, agence d’architecture - laboratoire protéiforme
New-Territories est une agence d’architecture polymorphe. Fondée en 1993, elle a adopté différentes étiquettes, appelations, stratégies et missions. New-Territories est dirigée par l’avatar androgyne et transgenre, _eILe_, qui autorise François Roche à écrire, parler et enseigner en son nom, comme un secrétaire personnel, « un fil d’Ariane de ce système ectoplasmique et esprit paranoïaque. »

www.new-territories.com/s_he_would_rather_do_FICTION_MAKer

www.instagram.com/s_hefictionmaker

« …L’architecture expérimentale s’est déplacée sur un nouveau corpus d’instrumentations, fait d’outillage, de computation, de machinisme mais aussi et simultanément de fictions et lignes de subjectivité, en synchronicité avec nos symptômes ; de peurs et d’échappées belles ‘’ici et maintenant’’. L’occasion de ce flash back 1993-2050, c’est de parcourir des attitudes en corrélation, en co-dépendances des formes qu’elles sous-tendent, au travers de leurs conflits et réciprocités. C’est découvrir un monde post digital, post humain, post activiste, post démocratique, post féministe, …un monde queer…androgyne, charnel, inquiétant, désenchanté, pornographique, transitoire, transactionnel, …ou les scénarios, dispositifs, malentendus, fragments psychiques et physiologiques sont les matériaux mêmes des murs et des plafonds, des caves et des greniers, …schizoïdes et paranoïaques, au creux de fictions opératoires et critiques… Les plis et replis androgynes derrière lesquels… ils/elles... se dissimulent déclenchent confusions et réactions épidermiques, hostilités suspectes, idéalisation fantasmée, voir oubli prémédité. Mettre en lumière via des postures paradoxales, via des dispositifs esthétiques, les enjeux bio-politiques, les potentiels et les désordres des technologies contemporaines, de leur balbutiement à leur marchandisation, les suspecter de ne pas être si inoffensives, ni innocentes, hors du conformisme des discours et des esthétiques empruntées...»

Avatar NT ®/ 2016