Recherche avancée
Parc de la Villette, Paris

©Philippe Magnon

Parc de la Villette, Paris, 1983-1992

Bernard Tschumi
  • Architecte (1944)

Pour Bernard Tschumi, il n’est pas d’architecture « sans événement, sans activité, sans fonction ; l’architecture doit être considérée comme la combinaison d’espaces, d’événements et de mouvements, sans préséance ni hiérarchie entre ces termes ». C’est ainsi que l’architecte substitue à l'idée de forme architecturale celle de mouvement et d’événement, ce sur quoi sera fondé le Parc de la Villette et nombre de ses projets. L'idée d'unité de l'architecture laisse place à celle d'hétérogénéité et de fragmentation ; celle de forme figée et hiérarchique fait place à la dynamique ; enfin, celle de synthèse est remplacée par la disjonction. Personnalité incontournable dans le débat architectural en France depuis les années 1970, Tschumi développe une théorie qui se réfère au constructivisme russe des années 1920 et croise divers champs disciplinaires : la littérature de Georges Bataille, la philosophie de Jacques Derrida, le structuralisme de Roland Barthes et de Michel Foucault ainsi que le cinéma. Ces interférences vont nourrir une approche du projet dont l'amorce, chez Tschumi, se fait d'abord et nécessairement par le concept. Ses bâtiments ne sont jamais compris comme de simples conteneurs ni comme des réponses directes à un contexte mais comme des amplifications, des dissonances, voire des contradictions locales. Le Pavillon de la vidéo (1990), l’École d’architecture de Marne-la-Vallée (1999), l’École cantonale d'art et de design à Lausanne (2007), le Nouveau Musée de l'Acropole (2001-2009), les Zénith de Rouen (1999-2001) et de Limoges (2007), la Passerelle SNCF de La Roche-sur-Yon (2008-2010) ou encore le Parque Atmosfera à Santiago du Chili (2010) mettent magistralement en œuvre les concepts de Tschumi, fondés sur l'entre-deux, la circulation et la lumière source d'événements.

Après des études à Paris et à l’École Polytechnique de Zürich, Bernard Tschumi (1944, Lausanne), fils de l’architecte moderniste suisse Jean Tschumi (1904-1962), se tourne d'abord vers l’enseignement, à l’Architectural Association de Londres (1970-1980) puis à l'Université de Princeton (1980-1981) ainsi qu'à la Cooper Union (1980-1983). Il se consacre alors entièrement à la théorie et à la rédaction de « Manifestes », les Manhattan Transcripts et les Screenplays. Ceux-ci sont à l’origine d’une première série de constructions expérimentales, les Folies. Suivront plusieurs essais, rassemblés dans l’ouvrage Architecture and Disjunction (1996). Il ouvre son agence à Paris en 1983, puis une autre à New York en 1988 (Bernard Tschumi Architects -BTA), qui deviendra en 2002 Bernard Tschumi urbanistes Architectes (BtuA). C’est avec l’une des commandes publiques les plus prestigieuses des années 1980, l’aménagement du Parc de la Villette, que Tschumi s’affirme comme l’un des bâtisseurs majeurs de la « déconstruction » en France. Doyen de la faculté d'architecture de l’Université de Columbia à New York (1988-2003), membre du Collège International de Philosophie, Officier dans l’ordre des Arts et des Lettres, Bernard Tschumi a reçu en 1996 le Grand Prix national d’Architecture de France pour le Fresnoy Art Center (Tourcoing, 1991-97). Nombre de ses travaux ont été récompensés et exposés dans le monde entier (MoMA de New-York, Biennale de Venise, Centre Pompidou…).

Nadine Labedade