Superstudio

Gli Atti Fondamentali: Morte, 1971-1973

À partir de 1971, Superstudio opère une « refondation anthropologique et philosophique de l’architecture » au travers d’une série de travaux théoriques intitulée Les Actes Fondamentaux. Cette volonté de mise en « [...] relations entre l’architecture (en tant que formalisation consciente de la planète) et les actes de la vie humaine » aboutit à cinq grands thèmes : Vie, Éducation, Cérémonie, Amour, Mort. Chaque acte se déroule sur une surface lisse, tramée et infinie issue du système mis au point par le groupe depuis 1969. Si chaque acte devait à l’origine faire l’objet d’un court-métrage, seuls Vie et Cérémonie ont été tournés, les autres restant à l’état de storyboards, collages et montages.

Dernier chapitre de ces méditations, la Mort est envisagée par Superstudio comme « l’image publique du temps et de la mémoire ». L’acceptation de la mort est, pour Superstudio, « nécessaire à l’élimination de la nécessité de l’architecture ». Le groupe insiste sur le modèle architectural du cimetière, avec un « projet pédagogique pour le Cimetière de Modène » ainsi qu’une réflexion sur les notions de « cimetière monumental » et de « cimetière universel ».

partager sur ou