Recherche avancée
Desert Cloud

Desert Cloud, 1972-2004

Graham Stevens
  • Architecte (1944)

A la frontière de l’art et de l’architecture, Graham Stevens réalise des formes et des environnements gonflables qui dialoguent entre poésie et hyper-technologie. Inscrit dans une démarche critique de l’architecture et s’opposant à son « enracinement », Stevens défend un véritable art de l’air et du mouvement. Avec son projet pour un environnement gonflable et multimédia, Spacefield, il expérimente en 1965 un dispositif qui associe le son, les odeurs et le goût, le texte et la lumière à l’expérience tactile et kinesthésique des corps. Le succès de cette première expérience le conduit à inventer de nombreuses structures pneumatiques interactives jouant sur le rapport des hommes et de leurs sens à leur environnement, comme Waterbed, Walking on Water, Bean Bag, Bouncy Castle (toutes de 1966). A travers une démarche opticocinétique et multi-sensorielle, Graham Stevens rassemble, développe et filme ses installations en 1971 sous le titre Atmosfields. Alors installé en plein cœur de Londres dans les bassins de St Katherine’s Docks, ses dispositifs flottants, volants et mouvants, deviennent les icones d’une performance urbaine et d’une réappropriation pop et critique de la ville. À partir de la fin des années 1960, Stevens s’intéresse à la captation et la transformation de l’énergie naturelle de l’environnement dans des architectures « atmosphériques », telles Atmospheric Raft. Il développera toute une pensée écologique à partir de l’idée d’une relation phénoménologique de l’homme à la biosphère, lisible dans son projet emblématique Desert Cloud (1972).

Graham Stevens étudie à l’Université de Sheffield auprès de J.K. Page et sort diplômé en 1966. Il est assistant de Buckminster Fuller à Paris, en 1964, lors du Congrès International d’Architecture et participe au Destruction in Art  Symposium (DIAS) au Battersea Park à Londres en 1966. Le groupe Utopie l’invite en 1968 à participer à l’exposition Structures Gonflables au Musée d’Art Moderne de Paris. Vivant aujourd’hui entre la Grande-Bretagne et la France, il poursuit ses recherches sur la perception et les énergies. Il est invité en résidence à l’Ecole des Beaux-arts de Nantes en 2007, expérimentant, trente ans après, son Transmobile sur l’eau des douves du château des Ducs de Bretagne. En 2009, il fait flotter un gonflable coloré au-dessus de l’hôpital d’Alès (Cévennes). Ses œuvres sont présentes dans les collections du Centre Pompidou et du FRAC Centre.

Lucy Hofbauer