Recherche avancée
Vitrolles

©François Lauginie

Vitrolles

Jean Renaudie
  • Architecte (1925 - 1981)

Architecte et urbaniste, essayiste, infatigable militant d’un « mieux-vivre » pour tous, Jean Renaudie est l’auteur d’une approche originale du fait urbain, nourrie des expérimentations architecturales de Team X, des métabolistes japonais ou de Paolo Soleri, mais aussi des dernières avancées théoriques et épistémologiques de l’époque. D’abord au sein de l’Atelier de Montrouge puis de sa propre agence, il conçoit dès le début des années 1960 plusieurs projets faisant un usage renouvelé de la géométrie. Opposé au schématisme du logement « type » comme à toute recette reproductible, Renaudie s’appuie sur la notion de complexité développée par le biologiste François Jacob afin de proposer de façon ponctuelle des « solutions d’architecture » qui évacuent la distinction entre architecture et urbanisme : chaque élément ne prend sens que dans sa combinaison au sein d’une structure, elle-même intégrée au plus profond de l’élément. À partir de la répétition et de la combinaison de formes géométriques, se dessinent des configurations nouvelles et hétérogènes de logements aux accents brutalistes destinées à répondre à la diversité humaine et qui s’adaptent aux besoins de chacun. Si la pensée de l’architecte arrive à maturité dès 1968 avec sa proposition refusée pour la Ville nouvelle du Vaudreuil (1967-68), ce seront les nombreux projets de grands ensembles – notamment le centre-ville d’Ivry-sur-Seine (1970-83) – tous réalisés au cours d’une seule décennie pratiquement, qui témoigneront de la constructibilité et de la richesse des alternatives proposées par Renaudie.

Jean Renaudie (La Meyze – Ivry-sur-Seine) est diplômé en architecture de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts (Paris). En 1956, il rejoint l’agence de Philippe Ecochard où il rencontre Pierre Riboulet, Gérard Turnhauer et Jean-Louis Véret. Ensemble, ils fondent en 1958 l’Atelier de Montrouge, que Renaudie quittera dix ans plus tard, en 1968. La même année, il est invité par Renée Gailhoustet, rencontrée lors de ses études au sein de l’Atelier Lods, à participer à la rénovation du centre ville d’Ivry-sur-Seine (Danielle Casanova, 1970-72 ; Jeanne Hachette, 1970-75 ; Ecole Einstein, 1979-82), projet auquel succéderont plusieurs réalisations importantes (Centre ville de Givors, 1974-81 ; Villetaneuse, 1976-83 ; Saint-Martin d’Hères, 1979-82). Il a obtenu en 1978 le Grand Prix national de l’Architecture pour l’ensemble de son œuvre.