Recherche avancée
Bibliothèque Nationale de France, Paris

©Philippe Magnon

Bibliothèque Nationale de France, Paris, 1990-1994

Dominique Perrault
  • Architecte (1953)

Dominique Perrault, architecte français d’envergure internationale, s’impose comme une figure majeure de sa génération. Son langage architectural revendique la rigueur et la simplicité, rejetant l’idée de fracture particulièrement en vogue dans les années 1980-1990. L’architecte crée des lieux, plus que des bâtiments. La sobriété de son écriture, les volumes primaires qu’il utilise (carré, rectangle, cercle), le dépouillement apporté au traitement des surfaces lisses concourent à l’idée de disparition de l’architecture, thème abordé avant lui par Mies Van Der Rohe ou Louis Kahn. Jouant de notions contradictoires et complémentaires : opacité/transparence, monumentalité/échelle humaine, Dominique Perrault considère le paysage comme un matériau à part entière, composant avec le territoire. Il affirme ainsi : « Les artistes ont déclaré un jour la mort de l’art, il est temps que les architectes fassent apparaître la disparition, la dissolution et l’effacement de l’architecture au profit d’un regard qui mêle et emmêle ville et nature, pour mettre en œuvre un paysage sans exclusion fait de tout et pour tous, un chaos positif ».

Diplômé en architecture, urbanisme et en histoire entre 1978 et 1980, Dominique Perrault (1953) ouvre son agence parisienne en 1981. Il se distingue rapidement par de nombreux prix d’architecture : sa première réalisation, l’usine Someloir de Châteaudun, reçoit en 1983 le premier prix d’Architecture et Maître d’Ouvrage, l’Hôtel Industriel Berlier (1984-88) reçoit l’Équerre d'Argent et le 1er prix AMO en 1990. En 1997, il reçoit le Prix Mies van der Rohe pour la Bibliothèque Nationale de France. Suivront d’autres réalisations remarquées, comme l’extension de la Cour de Justice des Communautés Européennes au Luxembourg (1996-2008), l’Université féminine d'Ewha Séoul en Coréé (2008) ou le Centre olympique de tennis de Madrid (2009). En 2009, une exposition au Centre Pompidou retraçant son parcours contribue à affirmer son envergure internationale.