Recherche avancée

OCEAN Design Research Association

©François Lauginie

  • Jyväskylä Music and Art Centre Phase II, 2004-2005
  • Ech. 1:75
  • Maquette
  • Carton et acrylique, découpe laser
  • 32 x 94 x 53.5 cm
  • 008 52 01

Jyväskylä Music and Art Centre, 2004-2005

Projet de Michael Hensel et Achim Menges

Conçu en 1997 dans le cadre d’un concours pour la ville finlandaise de Jyväskylä, le projet Jyväskylä Music and Arts Center fit l’objet d’une deuxième phase de recherche commandée par le pavillon italien de la Biennale de Venise en 2004, suivie d’une troisième. La proposition architecturale d’OCEAN répond au programme en misant sur les caractéristiques culturelles et physiques du contexte d’implantation grâce à un principe itératif de morphogenèse. Le bâtiment se déploie du bas vers le haut en trois systèmes de traverses générés successivement et étudiés pour répondre à un ensemble de contraintes, au-delà de leur seule performance structurelle. Cette structure en treillages offre une réactivité acoustique étendue à l’ensemble du paysage intérieur tout en filtrant la lumière en fonction de la saison : la modulation du rythme des traverses permet l’apport d’ombre en été tout en laissant pénétrer la lumière hivernale, plus basse. Elles articulent également les espaces intérieurs et dessinent des podiums, des scènes, des gradins et des lieux d’exposition supplémentaires pouvant accueillir les nombreux événements informels qui se déroulent l’été dans les rues et les parcs de la cité. L’orientation, la densité et les couches du treillis, le mouvement ondoyant des surfaces et des volumes résultant de surfaces interconnectées, entretiennent quant à eux l’impression d’un vaste espace dont les limites échappent aux regards. Afin d’intégrer le bâtiment dans son environnement urbain, particulièrement marqué par l’architecture moderne d’Alvar Aalto, une enveloppe parallélépipédique et sensible à la luminosité répond à l’exhubérance intérieure en recouvrant l’ensemble. Réfléchissante lorsque la lumière naturelle est plus intense, cette peau devient translucide lorsque faiblit la luminosité extérieure, renouvelant à chaque fois la perception du bâtiment.

Inventaire / diaporama [2]