Recherche avancée
Le Città

©Philippe Magnon

Le Città, 1994

Liliana Moro
  • Artiste (1961)

La démarche de Liliana Moro traverse avec un humour corrosif tous les médias – le dessin, la sculpture, le son, la vidéo, la performance –, brouillant les pistes de l'identité et de la représentation en s'attaquant aux modes stéréotypés de pensée. Ses premières œuvres de la fin des années 1980 mettent en scène des objets quotidiens ou des matériaux ordinaires comme la mousse dans des installations qui en réinventent le sens : Casa circondariale, 1988 (trois rétroviseurs se renvoient mutuellement leur image) ; No frost, 1990 (des réfrigérateurs en marche sont recouverts de plastique adhésif) ; Svegliatevi, 1990 (des thermomètres sont éclairés d'une faible lumière). Le Città (1995), « Les Villes », est une œuvre significative, tournée vers l'enfance et l'imaginaire, le monde réduit des jouets. Elle évoque une œuvre antérieure, Abbassamento (1992), exposée à la Documenta IX où, devant plusieurs rangées de silhouettes féminines découpées dans du papier, disposées comme un décor de théâtre, des maquettes de maisons en carton, jouets pour enfants, évoquaient un univers médiéval aux connotations passéistes. L'intégration du son est un autre élément inhérent aux œuvres de Liliana Moro, un moyen d'octroyer aux choses une dimension anthropologique et de générer des glissements de sens. Depuis Scatole Nere (1986) où elle fait sortir des sons de marteau de boîtes noires, jusqu'à Eau (2003), où elle collecte des sons d'eau tirés de fontaines, de rivières et de mers, ou bien encore Ta Pum (2009), elle questionne les rapports sonores entre objet, corps et espace, rapports particulièrement interrogés dans des vidéos où elle se met en scène (Tolleranza, 1994).

Liliana Moro (Milan, 1961) vit et travaille à Milan. Elle fut l'un des membres fondateurs du groupe Spazio in Via Lazzaro Palazzi à Milan ainsi que l'un des rédacteurs de la revue Tiracorrendo au début des années 1990. Elle réalise également des œuvres en collaboration avec Bernhard Rüdiger (La Casa, 1993).  En 1997, elle est accueillie en résidence par le FRAC Centre et l'École Nationale des Beaux-Arts de Bourges. Son travail est exposé dans de grandes expositions internationales dont la Documenta IX de Cassel en 1992, la Biennale de Venise en 1993, le Castello di Rivoli à Turin en 1994, la première Biennale de Valence en 2001, le CCA Wattis Institute for Contemporary Arts de San Francisco en 2005 et le MoCA de Shanghai en 2006.