Recherche avancée

František Lesák
  • Artiste (1943)

Artiste tchèque installé à Vienne depuis 1964, František Lesák est une figure originale de la scène radicale des années 1970. Ses projets abordent le thème de l’espace en misant sur le langage et les formes de la nature et révèlent un intérêt marqué pour la psychologie de la perception (nourri des réflexions de James J. Gibson ou Merleau-Ponty). Par le dessin, la sculpture ou la performance, Lesák s’attache à créer des dispositifs générateurs d’expériences et de situations spatiales inédites. Il concentre son attention sur la notion de « surface », cette interface infime dont il fait un enjeu esthétique essentiel, à travers l’étude graphique de textures géométriques et colorimétriques, par l’usage d’objets de camouflages, ou en immergeant son propre corps dans le sable. Alessandro Mendini reproduira plusieurs de ses projets dans Casabella entre 1972 et 1974 (notamment un dessin de la série Mimikry en couverture de la revue en 1974) et contribuera ainsi à rattacher l’œuvre de Lesák, par sa dimension expérimentale et critique, à l’architecture radicale.

Né à Prague, František Lesák s’installe à Vienne en 1964 où il poursuit ses études à l’Université d’Arts Appliqués. Il prend part à l’effervescence de la scène artistique en participant notamment à des expositions de la galerie Nächst st. Stephan à Vienne ainsi qu’aux expositions Trigon 1973 et 1975 à Graz, qui attirent alors l’avant-garde européenne. Professeur à l’Ecole d’Architecture de l’Institut de Technologie de Vienne de 1979 à 2003, Lesák a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles à travers le monde – galerie Mangelgang (Groningen, 1973), Stedelijk Museum (Amsterdam, 1977), Walker Art Center (Minneapolis, 1980), Museum Moderner Kunst (Vienne, 1992), Nationalgalerie (Prague, 1997) et plusieurs publications lui ont été consacrées. Figurant dans le premier ouvrage sur l’architecture radicale en 1974 (de Paola Navone et Bruno Orlandoni), ses œuvres ont été présentées également dans le cadre de la biennale d’Architecture de Venise en 1996 et dans l’exposition internationale Architecture Radicale (Villeurbanne, Cologne, Séville, 2000-2003).

Aurélien Vernant