Recherche avancée

Pascal Häusermann
  • Architecte (1936 - 2011)

Pionnier du renouvellement des formes de l'architecture et de l’urbanisme dans les années 1960, Pascal Häusermann défendit pendant plus de cinquante ans la modularité en architecture et la libre expression de l'individu. En 1958, Häusermann est le premier à mettre au point pour la conception d’une maison la technique du béton projeté sur armature métallique. Cette technique de mise en œuvre très souple libère le béton de ses banches et favorise la création de formes variées, à simple ou double courbure cylindrique, sphérique, hyperbolique – procédé qui deviendra le meilleur moyen d’expression de l’architecture-sculpture. Dès le début des années 1960, les architectures ovoïdes d’Häusermann misent également sur l’assemblage de coques et de cellules plastiques préfabriquées (Domobiles) qui ouvrent à une conception modulable de l’habitat à travers une recherche architectonique extrêmement aboutie. Partisan d’une plus grande implication des habitants dans la conception et l’élaboration de leur environnement construit, Pascal Häusermann construira au cours des années 1960-70, en France et en Suisse, de nombreux bâtiments en voiles de béton : des maisons (Grilly, Minziers, etc.), un restaurant (le Balcon de Belledonne, avec Claude Häusermann-Costy), une polyclinique à Genève… jusqu’à ce qu’une nouvelle législation du permis de construire n’interrompe ses réalisations dans les années 1970.

Créateur polymorphe, musicien, Pascal Häusermann est né en Suisse en 1936. Diplômé d'architecture à l'Université de Genève en 1962, il rejoint en 1966 le GIAP (Groupe International d'Architecture Prospective) fondé en 1965 par Michel Ragon, où il côtoie Ionel Schein, Yona Friedman, Paul Maymont… Fervent défenseur du libre-arbitre de l’individu dans la construction, il fonde en 1971 avec ses amis Chanéac et Antti Lovag l’association « Habitat Evolutif ». Artisan de la restauration de l’Immeuble Clarté de Le Corbusier à Genève, Pascal Häusermann poursuivra ses expérimentations (entre la Suisse et Madras en Inde) jusqu'à sa disparition en 2011.