Recherche avancée
Subdivided columns

©François Lauginie

Subdivided columns, 2010

Michael Hansmeyer
  • Architecte (1973)
www.michael-hansmeyer.com

Architecte, enseignant et programmeur allemand, Michael Hansmeyer (1973) développe une approche expérimentale de l'architecture plaçant le numérique au cœur du dispositif de création et de fabrication. Diplômé de l'Université Columbia (New York) et de l'INSEAD (Fontainebleau), il a travaillé notamment pour Herzog & de Meuron et mène ses recherches au sein du département d'architecture CAAD (Computer Aided Architectural Design) de l'ETH Zurich. L'ensemble de sa démarche de conception est traversé par une constante : explorer le potentiel génératif et constructif des outils numériques à des fins architecturales. Il développe notamment une approche biomimétique de l'architecture à partir de processus de subdivision cellulaire, dont la complexité procède de la simulation computationnelle de systèmes vivants. Les algorithmes auxquels il recourt – dont le L-System – lui permettent de transférer ces procédures morphogénétiques à des structures tridimensionnelles. Loin de toute approche imitative de formes issues de la nature (biomorphisme), Hansmeyer développe une mimèsis spécifique qui consiste à concevoir des protocoles plutôt que des formes. Une place importante est laissée au hasard et à l'indétermination, conduisant l'architecte à se définir avant tout comme un « chef d'orchestre » et non comme celui qui détermine la totalité du projet. D'une extraordinaire complexité, les résultats obtenus attestent d'une approche ornementale spécifique qui se distingue des méthodes et outils traditionnels de conception et de dessin. La répétition du processus, comme le paramétrage des données, permettent d'obtenir des détails d'une extrême précision et relevant de l’infravisible. Cette production numérique est d'autant plus surprenante que les principes opératoires mis en œuvres sont simples et que l'écart entre la phase de projection et son actualisation via les outils de fabrication digitale (impression 3D, usinage numérique, découpage laser) se réduit. Exposés en 2011 à la galerie Smallspace de Berlin ainsi qu'à la Biennale de Design de Gwangju en Corée du Sud, les projets de Hansmeyer attestent d'une dimension baroque au regard de laquelle l'ornement découle directement du processus computationnel de conception, de modélisation et de fabrication.

Sophie Fétro