Recherche avancée
S.A.S (version B)

©Martin Argyroglo

S.A.S (version B), 2011

Sarah Fauguet & David Cousinard
  • Artistes
www.fauguet-cousinard.com

Depuis le milieu des années 2000, Sarah Fauguet et David Cousinard élaborent un art dont le vocabulaire formel emprunte sans vergogne à l'architecture, au mobilier, à la science-fiction ou au décor de cinéma. Énoncer ces champs de références, pourtant, ne précise en rien la nature insaisissable, inquiétante, voire anxiogène, de la plupart de leurs œuvres. Il naît en effet de la rencontre de ces éléments hétérogènes, de leur hybridation, de leur assemblage contre-nature, un trouble tenace. Paradoxalement, leurs pièces se rattachent à un univers familier tout en s'affirmant comme des formes « fuyantes ». À travers leur échelle, les installations et sculptures de Fauguet & Cousinard rivalisent avec le monde ; elles s'adressent résolument au corps, s'inscrivent sur le terrain de l'expérience physique. Les œuvres pénètrent l'espace, le requalifient, et s'offrent au regard comme des jaillissements, des « éléments passages » opérant une percée dans une réalité qui se met alors à vaciller. Mimétiques et déviants, les volumes renferment le secret de leur apparition et de leur « activité ». Ainsi convoquent-ils immanquablement l'imaginaire. L'art de Fauguet & Cousinard se situe souvent dans le hors-champ de l'œuvre, non pas exclusivement dans l'espace réel de l'exposition, mais aussi sur le territoire de la fiction, de la projection mentale. Les artistes utilisent des schémas narratifs qui s'activent comme des scénarios, leurs pièces s’échafaudent en articulant tensions et ouvertures, en juxtaposant des volumes comme on monte une séquence, en pensant le mouvement, l'ellipse... Ils rejouent en sculpture les techniques d'écriture cinématographique et produisent ce faisant des objets débordant leurs propres limites, s'offrant par leur facture implacable comme des situations à éprouver.

Sarah Fauguet (1977) et David Cousinard (1976) vivent et travaillent à Paris. Diplômés de l’École des Beaux-Arts de Paris en 2001, ils ont fait l’objet de plusieurs expositions personnelles (Life is [not] Beautiful, École des Beaux-Arts de Châteauroux, 2011 ; Just Beside, I prefer, galerie Joseph Tang, Paris, 2013) et participé à de nombreuses expositions collectives (Et pour quelques Dollars de plus, Fondation Ricard, 2008 ; Run Deep/Run Silent, Palais de Tokyo, 2012…).

Guillaume Mansart