Recherche avancée

David Georges Emmerich
  • Architecte (1925 - 1996)

Architecte et ingénieur, David Georges Emmerich est le principal représentant en France des recherches sur la morphologie structurale, développées par Robert Le Ricolais, Konrad Wachsmann ou Buckminster Fuller. Il explore dès les années 1950 les lois de constitution de la forme architecturale à travers la morphogenèse : les formes sont des « êtres géométriques dans l’espace » qui s’organisent selon des lois propres, à l’instar des structures naturelles. Particulièrement sensible aux questions d’autoconstruction, de croissance et de mobilité, Emmerich entend réconcilier architecture et ingénierie afin d’aboutir à des habitats convertibles, polyfonctionnels, à croissance organique, grâce à la combinaison d’éléments standardisés. Ses principes autoconstructifs s’appliqueront dans des projets d’habitats d’urgence, qu’il réalisera avec ses étudiants, notamment au Maroc (1970). Les recherches structurales d’Emmerich ouvriront à des conformations architectoniques radicalement nouvelles, légères, qui confinent à la disparition totale. Elles exerceront une influence décisive sur les architectures gonflables des années 1960-1970. « Par la multiplication des facettes, des courbures ou autres incidences, on tend vers une limite : celle de l’immatérialité » (D.G. Emmerich).

Originaire de Hongrie, David Georges Emmerich est déporté à Auschwitz en 1944, puis à Flossenburg, Dachau et Esslinger. A la libération, il entreprend des études d’architecture à l'Ecole Polytechnique de Budapest, qu’il poursuit ensuite en Israël avec Yona Friedman. Il s’installe en France en 1953 et complète sa formation à l'École des Beaux-Arts de Paris. En 1956, il participe au Xe Congrès International d’Architecture Moderne (CIAM) à Dubrovnik puis à la création du Groupe d’Etudes d’Architecture Mobile (GEAM) en 1957. Ses recherches le poussent à développer des « exercices d'autoconstruction », qu’il présente lors de séminaires aux États-Unis, en Angleterre, au Maroc ou en Israël. Enseignant à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris à partir de 1960 puis à l'Ecole de la Villette en 1970 et jusqu'à sa retraite en 1990, Emmerich publiera de nombreux articles dans diverses revues d’architecture (L'Architecture d'Aujourd'hui, Techniques & Architecture) et de morphologie structurale (Le Carré bleu).