Recherche avancée

Coop Himmelb(l)au
  • Architectes
www.coop-himmelblau.at

Le nom Coop Himmelb(l)au oscille entre « construire le ciel » et le « bleu du ciel ». Ce nom fonde le programme paradoxal de cette agence, formulé en 1968 à Vienne par Wolf D. Prix, Helmut Swiczinsky et Michaël Holzer. Leurs 40 ans de carrière les ont conduits à des constructions touchant à des programmes les plus divers. C’est dans le bouillonnement contestataire de la fin des années 1960 qu’ils débutent avec des projets utopiques tels que Villa Rosa. Leurs installations et happenings architecturaux s’accompagnent alors de textes-manifestes décapants. Située aux frontières de l’architecture, de l’art et de la théorie, leur pratique fustige violemment les codes établis et revendique l’« ouverture » de l’architecture, non pas seulement dans ses formes, mais dans son processus même d’élaboration. L’« open architecture » se cristallisera dans un projet manifeste de la déconstruction, l’Open House, dont la genèse des formes répond à une démarche d'écriture automatique qui réinjecte dans la conception du projet une dimension subjective et aléatoire, jusque-là oblitérée en architecture. Dès les premières réalisations, le bâtiment se pense comme un corps étranger qui doit « amplifier » les tensions urbaines par une autonomie affirmée. Ce sont les champs de force entre les constructions qui désormais créent l’espace. Les formes des bâtiments de Coop Himmelb(l)au évacuent alors tout compromis et toute harmonie : sculpturales et disloquées, elles s’imposent dans leur contexte.

Coop Himmelb(l)au a été créé à Vienne en 1968 par Wolf D. Prix, Helmut Swiczinsky et Michaël Holzer, qui quitte le groupe en 1971. À côté de leurs projets non construit (Villa Rosa, 1967-68) – parfois pour des raisons fortuites (Open House, 1983-92) –, ils ont réalisé plusieurs bâtiments qui attestent de leur démarche, comme l’usine Funder Werk III (1988), le Musée de Gröningen (1994), le Musée Akron (2001-2006), le Musée des Confluences à Lyon (2014) ou le Musée BMW inauguré à Münich en 2007, parmi tant d’autres projets majeurs de l’agence.

Nadine Labedade