Recherche avancée
National Centre for Pop Music (NCPM), Sheffield

©François Lauginie

National Centre for Pop Music (NCPM), Sheffield, 1998

Branson Coates
  • Architectes
www.nigelcoates.com

En 1984, l’architecte anglais Nigel Coates est remarqué par l’entrepreneur chinois basé au Japon Shi Yu Shen. S’ensuivra une collaboration intense entre Chen et l’agence Branson-Coates qui propulsera cette dernière sur le devant de la scène japonaise puis internationale. La première réalisation de l’agence (Metropole, Tokyo, 1985) témoigne déjà de ce que deviendra le langage architectural de l’agence : si l’esprit de NATO subsiste, notamment dans le mélange des cultures, des styles et des signes ainsi que dans l’accumulation d’objets design et d’objets trouvés, Branson-Coates parvient à instiller une certaine élégance décadente à son projet. La plupart des réalisations suivantes prendront à leur tour la voie de ce mélange subtil entre références classiques, modernes et contemporaines, qui marque une rupture avec « l’esthétique du dépotoir » de l’époque NATO. Très vite, les nombreux aménagements intérieurs de commerces et de restaurants (Caffè Bongo, Tokyo, 1986) rencontrent l’engouement des Japonais, particulièrement sensibles au mariage entre l’ancien et le nouveau ainsi qu’à la portée commerciale du signe architectural. Le succès conduit l’agence à réaliser dès 1986 l’aménagement intérieur de commerces au Royaume-Uni, puis plusieurs projets architecturaux d’ampleur (powerhouse::uk, Londres, 1998 ; Body Zone, Millenium Dome, Londres, 1999). Sensible à l’intégration de l’architecture dans son contexte culturel et physique, Branson-Coates abandonne la luxuriance et l’éclectisme caractéristiques de sa période japonaise à l’occasion de son retour sur le territoire britannique : l’agence alterne des projets plus sobres, qualifiés par Coates de « minimalisme baroque » (Conran’s Shop, Londres, 1986 ; Extension du Geffrye Museum, Shoreditch, 1998) et d’autres dont l’esthétique high-tech se revendique d’un « baroque industriel » (Silver, Londres, 1987 ; National Centre for Popular Music, Sheffield, 1999).

Architecte et designer anglais, Nigel Coates a étudié à l’Université de Nottingham puis à l’Architectural Association, où il devient professeur en 1979. En 1983, il fonde le groupe et la revue NATO (Narrative Architecture TOday) avec d’anciens étudiants. Afin de répondre aux nombreuses commandes japonaises, Coates s’associe en 1985 avec l’architecte Doug Branson, rencontré lors de ses études à l’Architectural Association à Londres, et avec lequel il avait déjà collaboré en 1974 lors du Greater London Council Housing Competition. Rejoints ensuite par Anne Brooks, ils se séparent en 2006. Nigel Coates est l’auteur de nombreux projets expérimentaux, régulièrement présentés sous forme d’installations (Ecstacity, Architectural Association, Londres, 1992 ; Ecstacity, Biennale de Venise, 2000 ; Mixtacity, Tate Modern, 2007 ; Hypnerotosphere, Biennale de Venise, 2008) ainsi que d’ouvrages manifestes (Guide to Ecstacity, 2003 ; Narrative Architecture, 2012). Il est Professeur émérite du Royal College of Art de Londres, dont il a dirigé le département Architecture entre 1995 et 2011.

Gilles Rion