Recherche avancée

Chanéac
  • Architecte (1931 - 1993)

Chanéac est une figure majeure de l’architecture prospective des années 1960 et 1970. Il milite à partir de 1958 pour « l'implantation libre de cellules individuelles, évolutives et mobiles », explorant la richesse plastique des formes organiques et aspirant à un habitat pour le plus grand nombre. Il développe le concept d' « Architecture Industrialisée Poétisée » avec ses Cellules polyvalentes (1958-60) réalisées en matière plastique (polyester renforcé de fibre de verre), juxtaposées et superposées, sans structure porteuse. En 1963, il mène ses premières études sur les Villes cratères, des villes où la banlieue aurait disparue et où les espaces verts seraient sans limites : ces superstructures s’envisagent comme des excroissances dirigées vers le ciel qui permettent de créer des habitations et des bureaux avec des vues dégagées. Au travers du concept d’Architecture Insurrectionnelle et de l’association Habitat évolutif, Chanéac défendra toujours la nécessité de redonner aux individus les moyens d’agir sur leur environnement et d’adapter leur habitat à leurs besoins.

Peintre de formation, Chanéac (Jean-Louis Rey, 1931-1993) adhère en 1965 au Groupe International d'Architecture Prospective (GIAP) fondé à Paris par Michel Ragon. Son manifeste L’Architecture Insurrectionnelle est publié à Bruxelles en 1968. Lauréat en 1969 du Grand Prix International d'Urbanisme et d'Architecture à Cannes, Chanéac participe à partir de 1971 à l’association Habitat évolutif avec Pascal Häusermann et Antti Lovag. En 1976, il réalise sa propre maison à Aix-les-Bains ; il sera l’auteur de nombreuses architectures en Haute-Savoie dans les années 1980 dans une approche régionaliste.