Recherche avancée

Andrea Branzi
  • Architecte (1938)
www.andreabranzi.it

Figure majeure de l’histoire de l’architecture et du design, Andrea Branzi est un des principaux représentants du mouvement radical. Il mène, depuis près de cinquante ans, une recherche et une diffusion du design qui impliquent de nouvelles relations entre l’homme et les objets. Co-fondateur du groupe Archizoom, il apporte une contribution essentielle au débat théorique au sein du mouvement par ses essais et interventions critiques, en particulier les Radical Notes, publiés dans Casabella. Il développera avec Archizoom le projet No-Stop-City (1969-72) et réalise pour Poltronova des meubles aux accents provocateurs transmettant des messages libérateurs et réclamant une nouvelle autonomie dans la gestion des espaces (Superonda, Safari). Pour Branzi, le design n’est pas circonscrit au seul domaine de l’ameublement ou de la technologie industrielle, mais questionne, au delà des objets, le rapport que l’homme entretient avec son environnement. Il poursuit aujourd’hui ces réflexions à travers le concept d’urbanisme faible, flexible et réversible (Eindhoven, 2000). Il prône une Nouvelle Charte d’Athènes (conférence pour l’Enjeu Capital(es), Centre Pompidou, 2009) pour laquelle l’architecture n’a plus de spécialisation fonctionnelle et disparait au profit d’un flux informatique faible et diffus : une « favelas hight-tech ».

Architecte, designer et théoricien, Andrea Branzi (né à Florence) vit et travaille à Milan depuis 1973. Membre fondateur du groupe Archizoom en 1966, il s’associe, dès la fin des années 1960, à des studios de design industriel expérimental (Alchimia puis Memphis). Co-fondateur de Global Tools (1974), puis de la Domus Academy (1983), il poursuit aujourd’hui son activité d’enseignant au Politecnico de Milan. Andrea Branzi mène une intense activité critique qui le conduit, de 1983 à 1987, à diriger la revue Modo et à publier de nombreux ouvrages (La Casa calda, 1982 ; Animali domestici : le stile neo-primitivo, 1986 ; Nouvelles de la métropole froide, 1991 et Il design italiano 1964-1990 en 1996). Il obtient en 1987 le Compas d’or pour l’ensemble de sa carrière. Les projets d’Andrea Branzi sont régulièrement exposés à travers le monde, comme à la Fondation Cartier (Paris) en 2008.