Recherche avancée
Hinge-Chair

©François Lauginie

Hinge-Chair, 1970-1971

Raimund Abraham
  • Architecte (1933 - 2010)

Tenant de l’avant-garde autrichienne du début des années 1960, Raimund Abraham publie en 1963 l’un des premiers projets du mouvement radical : Elementare Architektur. Ses « villes imaginaires » (1961-1967), contemporaines des expériences de Hans Hollein et Walter Pichler, opèrent un glissement décisif dans la signification du dessin d'architecture, qui devient un objet en soi. Les formes macrostructures et technologiques qu’il met en scène par le collage, le photomontage ou le dessin, explorent une dimension sémantique et conceptuelle de l’architecture tout en servant sa quête d'un espace métaphysique. Installé aux Etats-Unis à partir de 1964, Abraham entame une carrière d’enseignant ; il poursuit son œuvre graphique et conçoit plusieurs installations artistiques : l’architecture y est toujours empreinte d’une dimension psychologique, philosophique, mais aussi littéraire et poétique. Son premier bâtiment public est une maison, construite en 1985 dans le cadre de l’Exposition internationale du Bâtiment à Berlin ; époque où il est chargé de la réalisation d’un groupe d’habitations pour la Traviatagasse à Vienne. Son projet pour une église à Berlin (1982), avec sa forme compacte et élancée, peut être considéré comme une ébauche de l’Institut Culturel Autrichien de New York (2002), que sa façade étroite aux lignes acérées assimile à un gigantesque totem planté dans la cœur de Manhattan.

Né à Lienz en 1933 (Tyrol, Autriche), Raimund Abraham est diplômé de l’Université technique de Graz en 1958 et fonde une agence à Vienne en 1959 avec Friedrich St. Florian. En 1964, il émigre aux Etats-Unis et enseigne à la Rhode Island School of Design. Il s’installe en 1971 à New York et devient Professeur à Cooper Union ; il enseignera au Pratt Institute, à Yale, à Harvard et à l’Architectural Association. Abraham a participé à plusieurs concours internationaux et reçu au cours de sa carrière de nombreux prix (2e prix pour un centre culturel au Congo, 1959 ; 2e prix pour le Centre Pompidou, 1971 ; 2e prix pour l’Opéra de Paris, 1983 ; 1er prix de l’IBA-Berlin et 1er prix pour le Times Square Tower, 1986). Mort accidentellement en 2010, il a participé à de nombreuses expositions à travers le monde et reçu un Lion de Pierre en 1985 lors de la 3e Biennale d’Architecture de Venise.

Aurélien Vernant