Recherche avancée
Les Restes

Les Restes

Jean-Luc Parant
  • Artiste (1944)

Sculpteur et poète français né en 1944 à Tunis, Jean-Luc Parant est l'auteur d'une centaine d'ouvrages depuis 1973 (dont Le Bout des Bordes, 2010 ; L'évasion du regard, 2009) et créateur en 2002 de la Maison de l'art vivant (sous-titré Le Bout des Bordes, Le lieu des boules des yeux et des horloges d'amour). Dès la fin des années 1960 où il se décrète « fabricant de boules et de textes sur les yeux », tout son travail tourne autour de la sphère : il écrit des textes sur les yeux et sculpte des boules. « Les textes sont sortis de ma tête, les boules sont sorties de mes mains. Si avec les mains, je fais des boules, avec la tête je fais des textes sur les yeux » dit l'artiste. Il a façonné des milliers de boules qu'il installe dans les lieux d'expositions, à la Fondation Maeght, au Centre Georges Pompidou, au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris et dans de très nombreuses galeries et centres d'art en France et à l'étranger. Les boules, d'abord réalisées en terre cuite en 1968, seront par la suite conçues à partir d'un noyau grillagé recouvert de fillasse et enduites d'une matière à base de cire. Noires, de toutes tailles, à l'aspect très compact, elles envahissent les lieux jusqu'à saturation et prolifèrent sur les murs où dessins et peintures amplifient leur présence. Les œuvres Sans titre et Les restes ont été conçues sur commande du FRAC Centre autour de la personnalité de Pierre de Ronsard en rapport avec le domaine du Prieuré Saint-Cosme en Indre-et-Loire. Des boules en cire à cacheter sont placées dans des caisses en bois. L'ensemble porte des inscriptions dédiées aux cinq femmes aimées de Jean-Luc Parant dont les prénoms se combinent aux noms des parties du corps de l'artiste. L'aspect fragmenté de l'œuvre, la pluralité des supports et les signes en présence tentent avant tout de répondre à l'esprit de la poésie de Ronsard sans chercher à l'illustrer.

Nadine Labedade